Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

Rwanda-élections: Les petites phrases d'Ingabire

23 Septembre 2009 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Newsletters

Billet d'humeur d'Eugène Shimamungu (Newsletter n°14)


Election présidentielle 2010 : c’est parti

La date de la prochaine élection  présidentielle a été fixée au 9 août 2010, tandis que la campagne électorale a été limitée à deux semaines du 20 juillet au 8 août. Mais qu’on le veuille ou non elle a déjà commencé avec l’octroi du passeport à Mme Victoire Ingabire Umuhoza –  et à l’un des militants qui réside en Europe,  décidés à rentrer au Rwanda pour y continuer les activités politiques. Il faut espérer que les huit autres qui devaient accompagner puissent également obtenir les documents de voyage demandés. L’on a craint que Paul Kagame tombe dans l’erreur de refuser les documents de voyage aux militants des FDU.  Finalement il  doit avoir été conseillé judicieusement à chercher d’autres moyens pour gagner cette élection sans empêcher la candidate à la candidature de rejoindre ses pénates. La délivrance de deux passeports sur les dix demandés ne fait néanmoins qu’accroître la suspicion envers Victoire Ingabire dont certains échos ont déjà ébruité qu’elle aurait été récupérée par le pouvoir de Kigali. Et qu’elle ne partirait que pour valider l’élection frauduleuse de Paul Kagame. Celui-ci lui aurait promis en retour, selon les mauvaises langues,  une place au gouvernement (je crois dur comme fer que c'est faux). Le gouvernement de Kigali ne voudrait pas en tous cas des huit autres agitateurs qui seraient vite incontrôlables, une fois que Mme Ingabire aurait accepté le partage du pouvoir avec le tyran. Je mets en garde Victoire Ingabire de ne pas retirer ce passeport tant que les 8 autres n’auront pas été délivrés.

Une ombre supplémentaire au tableau, c’est la limitation de la campagne électorale à seulement deux semaines. C’est, sans aucun doute, une mesure destinée à empêcher tout autre candidat à faire connaître son programme à la population rwandaise.  Comment Victoire Ingabire, nouvelle venue sur le paysage politique rwandais, - qui n’est sans doute pas une parfaite inconnue au pays des mille collines,  mais qui n’a pas la notoriété ni l’autorité  d’un Rukokoma, alias Twagiramungu Faustin -, pourra-t-elle faire connaître son programme ! Comment va-t-elle marquer sa différence face à d’autres candidats éventuels en 2 semaines seulement. Elle a quitté le Rwanda avant 1994 et n’y a jamais plus remis les pieds, elle n’a pas fait la politique avant 1994. Ceci est néanmoins un véritable atout. Elle ne pourra pas être accusée d’être génocidaire parce qu’elle n’était même pas au Rwanda d’avril à juillet 1994. Mais certains ont commencé déjà à lui trouver une place sur le banc des accusés devant les juges du Gacaca prétendument « inyangamugayo » où elle pourrait être accusée de véhiculer l’idéologie génocidaire. Pour l’y prendre il faudra analyser toutes ses déclarations, y compris le fait de chercher à se faire élire sur son appartenance ethnique. Il faut bien dire que pour agréer les partis politiques et leurs candidats, Kigali cherche le mouton à 5 pattes : compter dans ses membres des Hutu, des Twa et Des Tutsi, ce qui n'est pas une mince affaire quand l'on sait que les Twa qui s'engagent en politique sont rares; être dans l’opposition mais aussi dans le parti unique « Forum » coiffé par le FPR ; faire campagne, mais ne rien dire ou ne pas dire du mal contre le FPR ou son président; être candidat à la présidence de la République sans vouloir être président ; et surtout ne pas se faire élire, parce que tout vote en dehors de Kagame est un vote ethnique ! Le comble dans tout cela c’est qu’il n’y aura peut-être pas d’autre Tutsi candidat pour contrer cet argument.


Les partis politiques en exil doivent continuer leur lutte pour l’avènement de la démocratie au Rwanda

Dans le cas d’une « élection normale » comme dirait un journaliste canadien au point de provoquer l’hilarité de Victoire Ingabire (en tous cas celle de 2010 au Rwanda est anormale comme celle de 2003), comment éviter un vote ethnique, si le programme de chaque candidat n’a pas été exposé au préalable pour que le citoyen puisse se positionner vis-à-vis d’un programme politique sans céder à un choix d’appartenance ethnique? Ceci ne sera qu’un prétexte de toute façon, car face à Kagame, le choix du citoyen rwandais, hutu, tutsi ou twa est parfaitement clair. L’élection se jouera entre la candidate (si son parti est admis) Victoire Ingabire et d’autres candidats éventuels, s’ils ne sont pas empêchés de se présenter, notamment  Bernard Ntaganda qui se réclame comme le seul parti d’opposition agréé après moult tribulations. Il faut espérer que tous les autres candidats, y compris Victoire Ingabire, puissent être autorisés à se présenter. En tout cas s’il n’y a pas d’intimidation de la population et s’il n’y a pas fraude, Kagame risque d’atteindre un score en dessous d’1% plutôt proche de zéro.

Avant cela, il faut que les partis politiques, y compris ceux qui ne participent pas à l’élection puissent  utiliser la pression internationale, pour exiger Kagame à respecter sa propre constitution et de ne pas se représenter pour l’élection présidentielle de 2010. En tant que responsable présumé des crimes commis avant et après 1994, il doit se présenter d’abord devant les juges qui le mettent en cause (Bruguière, Merelles et d’autres à venir lorsque le TPIC sera mis sur pied) pour prouver son innocence, et prouver sa qualité d’« inyangamugayo ». Ensuite il n’a jamais renoncé du moins publiquement à sa nationalité ougandaise, comme Victoire Ingabire a été obligée de renoncer à sa double nationalité. Paul Kagame possède toujours des terres en Ouganda, et a toujours gardé son numéro matricule de l’armée ougandaise. Le fait que Kagame ait pris les armes contre son propre pays pour massacrer la population devrait suffire pour le disqualifier dans la course à la magistrature suprême.

Au lieu de rester les bras croisés, les partis politiques, notamment ceux qui sont en exil, devraient actionner leurs lobbies, pour contraindre Kagame à renoncer à sa candidature pour la présidentielle de 2010, et à mettre sur place un gouvernement de transition qui va contrôler les élections. Ceci ne serait pas fait pour aider la candidate Victoire Ingabire, mais permettre à d’autres candidats libres de se présenter et en conséquence permettre  l’avènement de la démocratie. Il ne suffit pas de dire simplement qu’on ne participera pas à l’élection présidentielle sans faire en sorte que la situation change afin que l’on puisse y participer une fois prochaine. L’immobilisme actuel des partis en exil qui ont annoncé leur non-participation à l’élection présidentielle est inexplicable et peut leur nuire à la longue.


La candidate à la candidature Victoire Ingabire doit réajuster sa communication

La campagne a déjà commencé, du moins pour les deux candidats autoproclamés, par médias interposés. Mais déjà le ton et le discours de la candidate Ingabire en surprend plus d’un et l’on se demande si réellement Victoire Ingabire s’inscrit dans une démarche pour la chute d’un régime dictatorial et sanguinaire. La première phrase vient d’un reportage d’une conférence à Montréal avec les ressortissants rwandais. Bien entendu nous émettons des réserves sur des propos rapportés qui peuvent ne pas refléter la pensée de Victoire Ingabire. Mais comme elle n’a pas réagi face à ce reportage, je suis obligé de l’exploiter :


 Mme Ingabire a commencé par féliciter le Président Kagame et son gouvernement pour les constructions dans la ville de Kigali qui est devenue une belle ville. « Madamu Ingabire yatangiye ashima cyane Prezida Kagame na guverinoma ye kubera ukuntu bubatse umugi wa Kigali ubu ukaba usa neza »


Ça par exemple c’est une catastrophe ! La ville de Kigali, comme elle l’a dit par ailleurs a été construite et embellie grâce au pillage des ressources naturelles du Congo. Personne ne peut, en âme et conscience, féliciter un brigand ou un tueur de s’être enrichi. à la suite d'un saccage des biens de sa victime Car ces maisons n’appartiennent pas au peuple rwandais mais aux pilleurs. La preuve, elle l’a dit aussi, c’est que ces constructions ne se trouvent qu’à Kigali, tandis que par exemple la deuxième ville du Rwanda, Butare, est en ruines.


Le FPR a (bien) travaillé, maintenant il est fatigué, ils (les gens du FPR, ndlr) doivent prendre du repos pour laisser la place à des politiciens responsables qui travaillent pour le peuple pour qu’ils mettent en place une politique de développement. (FPR yarakoze none irananiwe , ati igihe kirageze ngo baruhuke bahe umwanya aba politiciens responsable bakorera abaturage bashyireho politiki ihamye yo kuzahura igihugu)

 

Ou encore plus généralement: Nous félicitons le Général Kagame pour ce qu'il a fait, mais son pouvoir est actuellement fatigué (turashimira generali Kagame ibyo yakoze ariko ubu ubutegetsi bwe burananiwe).


Sans blague! Le FPR a tué, massacré, gazé les populations !  Et c'est pour ça qu'il reçoit les félicitations?! Et puis je ne pense pas que le FPR est fatigué dans sa besogne, il cherche plutôt les moyens les plus sophistiqués pour éliminer à petit feu le peuple rwandais, car à présent il ne peut le faire à visage découvert. Toutes les politiques qui sont mises en place par le FPR visent le but d’anéantir la population en essayant de l’affamer, en l’interdisant de satisfaire ses besoins de base en alimentation et en produits de première nécessité par exemple. Le FPR est fatigué de quoi Madame ? Car il n’a jamais pensé à développer le pays sauf une petite clique au pouvoir. En tous cas il n’est pas fatigué, il est plus imaginatif!

« Quinze ans d’essais-erreur ça suffit » Madame, on pourrait dire cela à un président démocrate qui risque de se faire réélire. Mais vous avez en face de vous Paul Kagame et le FPR. Celui-ci  n’a jamais agi sur essai-erreur, toutes ses politiques sont étudiées et appliquées dans leur  minutie avec une précision chirurgicale. Les objectifs jamais avoués, les écrans en matière de manipulation parfaitement exécutés. Je ne vois vraiment pas où vous trouvez l’essai et l’erreur. Ils sont peut-être condamnés à abandonner certaines politiques sous la pression de la communauté internationale, mais ils mettent aussitôt en place d’autres politiques pour suppléer les  précédentes avec toujours les mêmes effets.

Même si vous faites une parfaite analyse de la situation, vous n’arrivez pas à trouver les mots ou en tous cas à éviter les écueils qui peuvent faire douter la population. Celle-ci peut vous élire, mais ne prendra sans doute pas de risque pour quelqu’un qui n’est pas à ses côtés pour dénoncer le régime autoritaire, dictatorial, sanguinaire de Kigali.  Et la cerise sur le gâteau, quand vous dites : « nous ne rentrons pas pour engager la confrontation, mais pour corriger les erreurs » ( ntabwo dutashye guhangana ahubwo tugiye gukosora amakosa).  Si je vous comprends bien, on dirait par cette phrase que vous n’allez même pas vous porter candidate à la présidence, qu’il suffirait que Kagame vous donne un poste de premier ministre ou simplement un portefeuille ministériel pour que vous soyez satisfaite d’un poste qui vous permettrait de changer, un tantinet, les choses.

En tant que novice dans une campagne électorale, on ne peut que vous excuser, et plutôt vous féliciter d’avoir le courage  d’exposer le problème du Rwanda au monde entier. Mais ce genre de petites phrases, si elles se répètent, risquent de faire tache et faire douter vos électeurs potentiels.

 

Eugène Shimamungu

www.editions-sources-du-nil.fr

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Théo 24/09/2009 11:13


Maze gusoma opinion yawe kuri état actuel des préparatifs aux élections de 2010 et sur des "petites phrases d'Ingabire". Kuberako ntagihe kinini mfite je me limite sur l'essentiel dans mes
observations:

1. Tout à fait d'accord avec toi sur le point d'immobilisme des partis politiques d'opposition dans ce processus électoral. Bagomba gufata une position claire et ferme bakareka guteza confusion
aussi bien dans la communauté rwandaise que dans la communauté internationale, sinon baba badutesha igihe.
2. Madame ingabire nawe yagombye kumenya icyo ashake exactement. Iyo ndebye uko ibintu bimeze mbona icyo ashaka ari ukujya kuri liste yabiyamamariza kuba président, nta kindi. Nonese nawe nta
conditions nimwe ashyiraho yo kujya mumatora, kandi uzineza uko situation politique mu Rwanda imeze. Kuki byibura adasaba ko Kagame abanza yashikirizwa ubucamanza?
3. Ikindi ndangirizaho ni uko mbona la société civile en exil yagombye gufata sa responsabilité ikagarura abanyapolitiki bacu mu murongo sinon nibikomeza gutya indi myaka ilindwi Kagame
azayihekenya mumutuzo mugihe twe turi mumazi abira. Wowe ndabona déjà watangiye c'est très bien. Mais des actions nkiyi yawe constructive zigomba kuba coordonnées au niveau élargi.


Komera,