Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

Viols au Congo: à qui profite le crime?

28 Septembre 2011 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Justice et Droits de l'homme

Source: cyberpresse.ca

Il y a plus de 10 ans maintenant que les femmes en République Démocratique du Congo (RD-Congo) sont victimes de viol. Et cela semble devenu normal pour l'ensemble de la communauté internationale, qui ne se limite qu'à des dénonciations stériles; aucune action n'est envisagée pour mettre fin à cette ignominie.

Plusieurs rapports des organisations nationales et internationales de défense des droits humains ainsi que de celui du mois dernier du Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l'homme sur les violations des droits de l'homme commis en RD-Congo viennent de confirmer les statistiques stipulant que 40 femmes sont violées par jour en RD-Congo. Tous ces rapports ont un seul point commun : la violence sexuelle à l'Est de la République Démocratique est utilisée comme arme de guerre afin de forcer les populations locales à quitter les zones riches en minéraux pour laisser place à une exploitation illicite et illégale des matières premières. Ce plan macabre a donc des tentacules jusqu'aux pays dits de vieille démocratie et comporte plusieurs cas de figure de violations massives et systématiques des droits humains telles que des assassinats, génocides, enlèvements, humiliations, grossesses forcées, sévices sexuels, contaminations délibérées du VIH/SIDA, esclavages sexuels, etc. Selon les différents rapports, on compterait à ce jour plus de 8 millions de morts sur tout le territoire congolais. Les présumés criminels qui sèment cette désolation sont connus autant que leurs crimes. Ils sont dénombrés parmi des multinationales bien cotées en bourse, des autorités civiles et militaires de la RD-Congo, du Rwanda, de l'Ouganda et du Burundi, des chefs des groupes rebelles présents à l'Est de la RD-Congo ainsi que des hommes d'affaires et autres trafiquants d'armes. Certains d'entre eux, cités explicitement dans plusieurs rapports et autres publications, investissent d'une façon ou d'une autre au Canada sans se faire interpeler ni par les médias, ni par les autorités publiques...

Guy Songo

Collectif pour le Congo

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article