Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

Tshisekedi prêt à accepter la primature... (le marionnettiste Kagame est passé par là!)

9 Mars 2012 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Actualités

C'est ce que nous craignions, lorsque nous avons appris que Kagame avait convoqué à Kigali Etienne Tshisekedi, c'était pour lui offrir le poste de Premier Ministre. Mais... c'est quoi ce pays de m...! Comme dit mon voisin Congolais!

 

Messagepar cdpsmedias » 08 Mars 2012, 22:06

Tshisekedi prêt à accepter la primature et la cohabitation avec Kabila!

Publié le 08/03/2012 | Par bakolokongo

Après la démission d’Adolphe Muzito, plusieurs scenarios et combines politiciennes sont entrepris dans la course à la primature en RDC. Les derniers renseignegments qui viennent de parvenir subitement à la rédaction de Bakolokongo.com dont la réputation du courage de la vérité et de révélation est connue de tous les patriotes, font état de la dernière ligne droite des conciliabules entre Joseph Kabila et Etienne Tshisekedi pour le poste de premier ministre.

Des sources diplomatiques à Kinshasa contactées par notre rédaction, il revient que Joseph Kabila aurait mis une bagatelle très importante et séduisante en jeu pour convaincre le président de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), par puissances étrangères interposées, à accepter le poste de premier ministre afin de mettre un terme décisif à la crise postélectorale du maestro Ngoy Mulunda de la Ceni. Tous les moyens sont mis en jeu pour y aboutir, apprend-on avec assurance. Raisons et motivations avancées, «sauver le Congo, favoriser la cohésion nationale, pour résoudre la crise postélectorale par une «solution politique sage» sinon le pays risque de sombrer dans la guerre civile dont les conséquences pourraient être très fatales pour la démocratie et l’intégrité territoriale. Même le proche entourage de l’imposteur sanguinaire Joseph Kabila à Kinshasa a confirmé l’information, par moquerie ou provocation à l’opinion hostile au régime de Kinshasa.

Des arguments relatifs à son âge et à la dernière chance d’inscrire son nom dans l’histoire politique de la démocratie congolaise amorcée depuis 2006, dans laquelle Tshisekedi est quasi absent, ont été vivement évoquées pour convaincre le candidat no.13 de la mascarade du 28 novembre dernier par les émissaires des puissances étrangères désignés pour accomplir cette mission de haute stratégie.

D’après les mêmes sources, ces derniers arguments auraient attiré la sensibilité d’Etienne Tshisekedi, celui qui a rejeté la victoire de Joseph Kabila pour s’autoproclamer président élu de la RDC et a dans la suite prêté serment ; les émissaires des pays étrangers qui ont défilé nuitamment à tour de rôle à Limeté ont fait savoir à Tshisekedi la nécessite de designer un premier ministre d’origine kasaienne pour stabiliser le paysage politique kasaien, résoudre et unifier la classe politique fragile des deux Kasai. Cet homme doit être un poid lourd politique qui puisse s’imposer dans les deux Kasai et constituer une force d’interposition entre la majorité et l’oposition comme ce fut le cas avec Antoine Gizenga en 2006 dans le Bandundu contestataire et hostile à Joseph Kabila et apaiser les deux provinces.

A entendre nos renseignants, Tshisekedi n’a pas répondu par oui ou non, n’a pas donné sa vraie position mais a cependant avancé déjà une condition fondamentale : «le partage verticale du pouvoir qui consisterait au partage égal des ministères et des chambres du parlement où il aurait même exigé la présidence du sénat». Reste à savoir si cette démarche des combines politiciennes aboutira comme les renseignements le confirment. Reste à savoir si le maitre de Limete cédera-t-il pour échanger des accolades avec celui dont il a énergiquement rejeté la réélection à la tête du pays pour un nouveau mandat de cinq ans. Si cela se confirmait et se réaliserait, Etienne Tshisekedi sera à son ième rendez-vous avec la trahison dans l’histoire politique de la RDC et battra tous les recors de haute trahison de la patrie et du peuple congolais.

Face à ces renseignements et cette situation dangereuse qui compromettrait la nation, la rédaction de Bakolokongo.com reste très prudente, se réserve de faire tout commentaire ou d’exprimer un quelconque sentiment, d’apporter un quelconque jugement et laisse le soin à l’opinion nationale d’apprécier. Rien ne sert de s’agiter ou de trop chercher car, le temps étant meilleur juge et meilleur médecin, l’avenir proche nous éclairera.

En attendant l’aboutissement des négociations secrètes entre les deux hommes, Joseph Kabila dont la réélection est vivement contestée par la communauté nationale et internationale a procédé à la désignation d’un premier ministre intérimaire en la personne de son collabo Louis Koyagialo Ngbase te Gerengbo, Originaire de la province de l’Equateur, plus précisément de l’ethnie Ngbandi et très proche de feu le maréchal Mobutu. Jusque-là Vice – premier ministre, ministre des Postes et Nouvelles technologies de la communication du gouverenement démissionnaire Muzito, le collabo Louis Koyagialo avait en effet été accusé et même condamné pour une participation au massacre -jamais avérée- des étudiants de l’Université de Lubumbashi en mai 1990. Adjoint de feu Katumba Mwanke au secrétariat exécutif de l’Alliance de la Majorité Présidentielle (AMP) du régime d’occupation sanguinaire, il l’a remplacé après sa démission en décembre2009 avant de céder la direction de la majorité à Aubin Minaku en juillet 2011.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article