Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

Sarkozy échange la veuve du président Habyarimana contre les richesses du Congo

4 Mars 2010 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Justice et Droits de l'homme

Moins d’une semaine après la visite du chef de l’état français à Kigali la veuve du président Habyarimana vient d’être interpellée à Paris. Ce geste vient renforcer l’idée que la réconciliation entre Kigali ne s’est pas faite pour les beaux yeux des uns et des autres mais plutôt pour que la France puisse elle aussi avoir une part du gâteau congolais dont Kagame s’affirme de plus en plus comme le véritable propriétaire.


Possibilité d’extradition au Rwanda

Le plus troublant dans cette arrestation est la couverture médiatique qui en est faite. En effet, beaucoup semblent suggérer que Mme Habyarimana devrait être extradée vers le Rwanda. Or, les crimes de génocide au Rwanda relèvent exclusivement du tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) qui, rappelons le, n’a jamais incriminé la veuve de l’ancien président dans quoique ce soit.

De plus, jusqu’ici aucune démocratie digne de ce nom n’a consenti à expulser des individus dans un pays (le Rwanda) ou la justice n’a d’indépendante que le nom et ou les droits de l’homme n’existent pas. De même le TPIR a toujours refusé de transférer le moindre dossier ou prisonnier du fait des ces iniquités constatés malgré les demandes insistantes de Kigali.


Kigali veut s’acheter une virginité

Le général Kagamé, actuel chef de l’état rwandais, se sachant mis en cause dans l’attentat terroriste ayant couté la vie à son prédécesseur et ayant servit de déclencheur au génocide, multiplie les initiatives pour essayer de se racheter une virginité politique et masquer le rôle qu’il a joué au cours du génocide qui a emporté près d’un million de rwandais. Malgré qu’il ai déclaré il ya quelques années sur BBC Hard Talk qu’il s’en foutait de la mort de Habyarimana parce qu’il n’était pas son garde du corps, le stratège politique en lui a jugé utile de faire mener une enquête 16 ans plus tard sur cet attentat.

La commission chargé de mener cette enquête fut confiée à Jean Mutsinzi proche de Kagame et membre fondateur du FPR, le mouvement politico-militaire mis en cause dans l’attentat contre le président Habyarimana. Contrairement à TOUTES les enquêtes sérieuses (justice française, justice espagnole, enquêtes et rapports du TPIR) ayant été menées jusqu’ à maintenant, le rapport Mutsinzi innocente « inopinément » le régime du général Kagame et pousse le cynisme jusqu’à accuser la veuve du président de complicité dans l’assassinat de son mari.


Planification du génocide en jeux

Depuis sa création le tribunal pénal international n’a cessé de chercher à prouver la planification du génocide par le régime de Habyarimana mais force est de constater que, 15 ans et plus d’un milliards de dollars plus tard, toutes les pistes continuent de mener à Kagamé (tout comme l’enquête du juge espagnol Merelles ainsi que celle du juge français Bruguière). C’est la raison pour laquelle notamment le procureur général du TPIR Carla Del Ponte avait été viré du TPIR par les américains qui lui reprochaient de s’intéresser de trop près au rôle de Kagame dans le génocide. Depuis, le TPIR n’a pas réussi de quelque manière que ce soit à prouver la planification du génocide par le régime du président Habyarimana et l’acquittement du frère de madame HABYARIMANA par le TPIR ainsi que l’acquittement du colonel Bagasora, présenté par Kigali comme le cerveau du génocide, des crimes de génocide et d’entente en vue de commettre le génocide sont venu porter un sérieux coup à la thèse de Kigali et ont provoqué l’ire de Kagame. En exigeant des français l’arrestation et l’extradition au Rwanda de Mme Habyarimana, Kagame veut être sur qu’elle n’ai pas droit à procès équitable (qui risquerai de la blanchir elle aussi, surtout que le TPIR ne l’a jamais mise en cause) et qu’elle soit condamné par la justice rwandaise à ses ordre pour planification du génocide.


La France à genoux devant un criminel de guerre…pour les richesses du Congo !

Dès son arrivée au pouvoir le général Kagame n’a cessé de servir du génocide, malgré le rôle trouble qu’il a joué, comme fond de commerce pour couvrir et justifier tous les crimes qu’il a pu commettre contre d’autres rwandais (notamment dans le massacre de plus 500.000 refugiés hutus au Congo) ainsi que contre les congolais (plus de 6 millions et ça continue). Kagamé s’est servi de ce même génocide pour accabler la France, seule puissance à s’être interposée au moment des massacres et qui a permis de sauver des millions de rwandais que Kagamé aurait préféré éliminer. Ce dernier l’a confirmé lors de son discours à Murambi le 6 Avril 2007 en disant : «  Ce qui me fait le plus mal quand j’y pense, ce sont ces millions de gens qui ont pu fuir le pays sans que nous ayons pu les châtier ».

Parallèlement, depuis que Kagame a pris le pouvoir à Kigali et à Kinshasa par marionnette interposée, la France avait petit à petit perdu son poids et son influence dans une région qui s’avère de plus en plus stratégique pour la croissance économique des grands de ce monde. Mais ça, c’était avant l’arrivée de Kouchner, ami personnel du général Kagamé à la tête des affaires étrangères. Depuis, ce dernier fidèle à sa doctrine de la realpolitik, à tout fait pour rapprocher le président Sarkozy avec Kagame, certainement en omettant de mettre en évidence les crimes commis par ce dernier.

Il est plus qu’évident que la réconciliation entre la France et le Rwanda n’a d’autre justification que le retour de la France dans la région des grands-lacs (et surtout au Congo ou AREVA s’est déjà attribué l’exclusivité sur tout l’uranium congolais) et son alignement sur la politique catastrophique menée par les Etats-Unis et l’Angleterre. C’est triste de voir une grande nation comme la France tomber si bas, et son président serrer sans honte la main du plus grand criminel de guerre depuis Hitler…pour de l’argent. Mais Sarkozy le président bling-bling ne nous en avait pas habitués à moins !

 

Arthur Ngenzi/SaveRwanda

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article