Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

S.O.S. Opposants Kigali

10 Juillet 2011 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Justice et Droits de l'homme

Madame,
Monsieur,
Je reviens sur le message que je vous ai envoyé hier vous informant de l’arrestation de mes collègues opposants au régime de Kigali. Ils étaient huit personnes, dont Alexis BAKUNZIBAKE, secrétaire exécutif chargé de la jeunesse et faisant fonction de président du parti PS IMBERAKURI ;
Je vous remercie d’abord des efforts que chacun de son côté a fait pour connaître les raisons avancées par le gouvernement dans l’arrestation de ces compatriotes. Vos efforts ont pris les autorités de court pendant qu’ils tentaient encore de fabriquer les actes d’accusation.
Comme je vous l’avais dit hier, alors qu’ils venaient de rendre visite au secrétaire permanent du parti PS IMBERAKURI Sylvère MWIZERWA et s’apprêter à quitter la prison de Kimironko, ils ont été interpellés par un policier qui les a priés de descendre de la voiture et retourner dans l’enceinte de la prison. Ils ont été signifiés verbalement qu’ils sont en état d’arrestation enfermés dans un local.
Vers 15h00, ils ont été menottés et transférés chez GACINYA. C’est un endroit non officiellement reconnu comme une quelconque instance judiciaire mais qui fait office de bureau de la criminologie dans les mains de la CID (Criminal Investigation Department). Ils ont aperçus plusieurs autres personnes détenus dans les cachots. Ils ont été mis dans un local et fouillés un à un. Ils sont restés ensemble dans ce local que les différents responsables de police (en civil) appelaient « gacaca », ces fameux tribunaux. Assis à même le sol, les différents responsables de police sont succédés à tour de rôle devant eux pour leur signifier qu’ils sont poursuivis pour atteinte à la paix nationale, appel de la population à désobéir et à se soulever contre l’Etat et insultes aux autorités pénitentiaires. S’il n’y avait pas eu l’intervention de certains d’entre vous, ils seraient toujours dans ces fameux cachots.
Vers 20h00, ils ont été transférés à la Brigade de Remera où les officiers de police conduits par le chef de police de la Ville de Kigali « the Superintendent » RUTIKANGA les ont rencontrés et un à un, chacun a été signifié par écrit de ces plaintes précitées. Bien sûr, ils ont tous réfuté les accusations.
Comme leur coup de la police avait été connu, le chef de police a prétexté que par mesure de clémence, qu’il prend la décision de les laisser en liberté. C’était vers 22h30.

Vous comprenez dans quelles conditions les gens doivent travailler pour avoir un semblant d’expression.

Sur ce, je vous remercie et vous prie de continuer à aider l’opposition rwandaise à bâtir un Etat de droit, un Etat où les gens puissent exercer leur droit d’expression sans outrepasser la loi, mais, sans aussi être muselés par les lois.


Fait à Bruxelles, le 09 Juillet 2011.
Jean - Baptiste RYUMUGABE
Représentant du PS IMBERAKURI au
Benelux et auprès de l’Union Européenne +32.486.46.08.24

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article