Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

RDC: Un conflit alimenté par les minerais. Le Canada impliqué?

30 Novembre 2009 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Ressources et environnement

Par Nathalie Sentenne

La République Démocratique du Congo, aussi appelée “Congo-Kinshasa” pour la distinguer de sa voisine, l’autre République du Congo, le “Congo-Brazzaville”, est à feu et à sang depuis 1996 avec un peu plus de 5 millions de morts.  Cette guerre est “officiellement” terminée depuis 2003, mais les affrontements se poursuivent, principalement dans le région du Kivu. Les principales causes de ce conflit sont les contrecoups du génocide rwandais (confrontations entre Hutus et Tutsis présents aussi RDC) et les richesses du sol qui contiennent du cobalt, diamants, cuivre, uranium, coltan, or, etc.  Il en résulte des millions de morts et blessés, des dizaines de femmes et filles violées par jour, contraction du VIH-SIDA, des enfants soldats ou qui travaillent dans des mines, pillages de villages et de camps de réfugiés, etc. Plusieurs ONG et ainsi que les Nations Unies rapportent que certaines compagnies minières étrangères de par leur présence alimentent ce conflit. Un conflit que l’on dit l’un des plus meurtriers depuis la Seconde Guerre mondiale.

Pour une meilleure idée des enjeux de ce conflit, nous vous suggérons de Visionner la présentation multimédia “Rape of a nation” (en anglais) de Marcus Bleasdale, photojournaliste qui a passé huit ans dans la région. Cliquez ici.

Les compagnies minières canadiennes impliquées? Projet de loi C-300

Le Canada a reçu plusieurs plaintes internationales (d’ONG et d’experts onusiens) concernant les lourdes violations aux droits humains infligées par des compagnies minières, pétrolières et gazières canadiennes à l’étranger (entre autres en RDC: Pour en savoir davantage cliquez sur le lien à la fin de ce billet). Conséquemment, un rapport est rédigé en 2005, par le Comité parlementaire permanent des affaires étrangères et du développement international canadien concernant cette question. Rien de concret n’est alors mis en place pour d’éventuelles sanctions.  Ce n’est qu’en février dernier, qu’un projet de Loi (c-300) sur la responsabilisation des sociétés à l’égard de leurs activités minières, pétrolières ou gazières dans les pays en développement a été proposé par le député libéral John Mckay. Ce projet est maintenant devant le comité permanent des affaires étrangères et du développement international.

Le 17 novembre dernier, nous demandions à l’ancien ambassadeur canadien en RDC (1978-1981) M. Raymond Chrétien ce qu’il pensait des plaintes envers certaines compagnies minières canadiennes en RDC (cliquez ici pour voir l’intégrale de sa réponse). Il nous mentionnait le dépôt d’un code d’éthique proposé par un député libéral, mais ne nous a pas soumis sa position envers ce dernier. Or, nous avons appris cette semaine que le cabinet d’avocat Fasken Martineau, pour lequel il travaille est contre le projet de loi C-300. En effet, jeudi le 26 novembre, M. Chrétien et deux autres avocats ont déclaré devant le comité à Ottawa que le projet de loi C-300 menaçait l’industrie minière canadienne. Voici la position que M. Raymond Chrétien a défendu devant le comité jeudi dernier: “ …à l’époque où j’étais ambassadeur du Canada auprès d’un certain nombre de pays en développement dotés de secteurs miniers, notamment le Mexique et la République démocratique du Congo, les sociétés minières canadiennes ont contribué à l’amélioration de la santé, de l’éducation et des infrastructures. Elles étaient les bienvenues et étaient respectées pour les investissements réalisés”.

60% des compagnies minières dans le monde sont canadiennes. Mme Bonnie Campbell, professeure en science politique et titulaire de la chaire de recherche sur les activités minières en Afrique souligne que plusieurs compagnies canadiennes ont une excellente réputation et que dans certains cas, tout comme le mentionne M. Raymond Chrétien, ont construit des infrastructures pour les populations locales africaines. Toutefois, cela n’empêche pas qu’il y en ait d’autres qui s’installent dans des pays non-démocratiques, corrompus et de surcroît en guerre, comme au Congo. Toujours selon Mme Campbell, “de plus en plus d’affrontements violents entre les compagnies minières canadiennes et les populations environnantes risquent d’éclater aux quatre coins de la planète, notamment en Afrique”.

Où se trouve notre responsabilité en tant que Canadiens? Et comment faire pour appuyer le projet de loi C-300?

À la fin de son reportage, Marcus Bleasdale souligne que ce n’est pas un conflit sans solution: “Il y a une chose en tant que consommateur que nous pouvons faire. C’est celle de se demander d’où proviennent les ressources naturelles que nous achetons. Lorsque vous achetez de l’or, des diamants, demander aux détaillants s’ils savent d’où ils proviennent. C’est de cette façon que nous pouvons mettre de la pression sur une industrie qui n’est pas toujours vigilante.”

La bourse de Toronto enregistre plusieurs compagnies minières. Certains fonds de retraite et différents fonds collectifs investissent dans ces compagnies. Il est possible de savoir si nos REER ou nos fonds de retraites investissent dans des compagnies qui sont soumises aux critiques mentionnées précédemment et ainsi faire des “placements éthiques” et d”investissements responsables ”. En janvier dernier, un fonds norvégien a retiré ses actifs d’une compagnie minière canadienne suite à son dossier environnemental en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Plusieurs députés encouragent les Canadiens et Canadiennes à signifier leur appui au projet de loi c-300. Amnistie internationale, Développement et Paix et Mines Alerte Canada encouragent aussi les citoyens a signifié à leur député ou au Comité permanent des affaires étrangères et du développement international leur appui au projet de loi c-300. Cliquez sur le nom d’un des organismes mentionnés pour envoyer votre appui.

(Source)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article