Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

RDC. Le CNDP passe aux aveux

12 Avril 2012 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Justice et Droits de l'homme

Source Direct!CD

Pendant que les bonnes nouvelles s’accumulent sur les fronts de Bunagana et Rutshuru, avec notamment le contrôle total de ces localités par les FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo) et la reddition de 80 soldats et officiers mutins hier mardi, après celle d’un groupe de 44 la veille, un représentant du CNDP (Congrès National pour la Défense du Peuple) en exil en France a fait une sortie médiatique bien surprenante Jean-Paul Epenge, colonel de son état, dans une déclaration faite à Africarabia, a laissé entendre que le pouvoir en place à Kinshasa n’avait ni les moyens ni intérêt à arrêter le général Bosco Ntaganda, fortement réclamé par la CPI (Cour Pénale Internationale).

Quant au conflit armé en gestation au Nord-Kivu, il a soutenu que le rapport des forces était en faveur du CNDP, qui est capable de déstabiliser cette partie du pays sans être inquiété. Selon Jean-Paul Epenge, cet ex-mouvement rebelle serait sous le parapluie protecteur du Rwanda, qui ne tiendrait nullement à sa disparition. A l’en croire, Paul Kagame a besoin d’une béquille de type CNDP pour conserver son influence dans l’Est de la République Démocratique du Congo.

C’est là la preuve, si l’en faut encore, de l’instrumentalisation du CNDP par Kigali. L’on peut constater que les FARDC hébergent en leur sein depuis 2009 un «cheval de Troie» capable de nuire à tout moment. C’est la preuve aussi que le CNDP est en réalité le bras armé du Rwanda en territoire congolais.

Livrer à la CPI Bosco Ntaganda, qui se trouve sous le coup d’un mandat d’arrêt international depuis août 2006, serait à son avis fort risqué pour la stabilité des institutions politiques en RDC et la sécurité du Nord-Kivu. Jean-Paul Epenge soutient que l’ex-bras droit de Thomas Lubanga au sein de l’UPC (Union des Patriotes Congolais) et du CNDP (Congrès National pour la Défense du Peuple) serait payé en monnaie de singe, après avoir largement contribué, en synergie avec les FARDC et la Monusco, au retour de la paix au Nord-kivu. Il s’est dit surpris par la volte-face de la communauté internationale, qui s’était empressée de légitimer l’intégration de Bosco Ntaganda au sein des FARDC et se réjouissait du travail de ratissage que menaient ses hommes contre les FDLR (Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda) pour le vouer aujourd’hui aux gémonies.

Jean-Paul Epenge reste convaincu que Kigali n’accepterait pas que Kinshasa puisse lâcher Bosco Ntaganda. Ce dernier constituerait, selon lui, la pièce maîtresse dans le maintien de la fragile cohabitation pacifique entre le Rwanda et la RDC.

Kimp

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article