Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

Quelques portraits savoureux par Madeleine Raffin "Rwanda, un autre regard"

10 Septembre 2012 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Réactions Livres

Madeleine Raffin, Rwanda, un autre regard: trois décennies à son service, Collection "Mémoire collective, Editions Sources du Nil.(Format 14,8x21, 203p.) Prix: 15 euros. Vous pouvez le commander à partir de votre librairie ou en envoyant un e-mail à sources_du_nil@yahoo.fr, ou encore en faisant une commande en ligne à partir du site www.editions-sources-du-nil.eu.

Elle raconte les joies et surtout les peines, les catastrophes, pour mieux dire, qu'elle a vécu avec le Rwandais. Elle est Directrice de la Caritas-Gikongoro entre 1993-1997, c'est-à-dire qu'elle s'est occupée du flux des réfugiés de la zone Turquoise, elle a vécu l'occupation de cette région par le FPR lorsque les Français sont partis, elle a vu le massacre de Kibeho, et tant d'autres atrocités etc... Au milieu de tant de peines, elle décoche quelques portraits de Rwandais dont voici quelques uns....

 

L'abbé Boniface Musoni

L'abbé Boniface Musoni, un grand Tutsi issu de famille royale, lui a succédé comme recteur. C’était un prêtre très intelligent et qui n’était pas contesté.

Il souffrait beaucoup d’asthme et avait des crises très préoccupantes. J’en avais parlé à Toulouse, au docteur Duboureau, qui soignait à l’Hôtel Dieu. Il m’avait proposé de le prendre en charge si cela s’aggravait. C’est ce qui s’est passé aux environs des années 75. Lors de l’une de ces crises, j’ai contacté le Père Descombes, vicaire général de Butare, en l’absence de l’évêque, lequel décida, sur ma proposition, de son transfert à Toulouse.

Je l’accompagnai en France dans des conditions précaires, mais nous arrivâmes finalement sans difficulté majeure à Toulouse. Nous nous rendîmes à l’hôtel Dieu, le plus ancien des hôpitaux de Toulouse qui fonctionnait encore à cette époque.

Ce qui va sans dire, c’est que, si le médecin voulait bien le soigner bénévolement, il en était tout autrement de la direction de l’hôpital. J’allai trouver la directrice à qui j’ai dû expliquer que je considérais que cet homme était en danger de mort et que j’avais tenté de le sauver. Elle me répondit :

                   Moi aussi, si je préfère me faire soigner en Amérique, je n’ai qu’à y aller et leur dire que je suis incapable de payer.

Je lui rétorquai :

                   Ici il n’est pas question de choisir, dans son pays on ne peut pas le soigner. C’était l’amener ici ou le laisser mourir, alors que j’avais une proposition du médecin.

Elle s’est excusée et m’a promis de faire tout ce qu’elle pourrait. La prise en charge fut entièrement gratuite.

L’abbé Musoni a vécu 20 ans de plus… C’est pour me remercier que sa cousine, l’ancienne reine Rosalie, qui habitait Butare, a tenu à organiser une petite fête.

 

Le poète Xavier Nayigiziki

Je quittais Kansi en 1979, pour Butare. J'ai pu y côtoyer à cette époque une personnalité haute en couleur, un poète, Xavier Nayigiziki. Je l’avais déjà connu à Save. Ce Tutsi autodidacte était connu pour ses excentricités et son franc-parler. Pourtant ses discours étaient toujours appréciés, il avait l’art de la parole, pur produit de cette civilisation orale. Lors de la visite du roi Baudouin de Belgique à Butare, on lui avait donné un costume neuf pour faire un discours. Mais il le vendit, but l'argent puis il monta à la tribune avec ses habits habituels, ce fameux costume dépenaillé et de propreté plus que douteuse qui le distinguait. Il portait toujours les mêmes chaussures éculées qui n’avaient jamais connu la moindre trace de cirage !

Quelques années plus tard, alors, qu'on préparait les rues pour une nouvelle visite royale, il avait apostrophé les employés :

                   Pourquoi faites vous cela? Pour le roi de Belgique ? 

Une personne qui ne méritait pas tant d'égard, selon lui. Sa fibre anticolonialiste, lui valut d'être mis en prison jusqu'au départ du roi, pour empêcher un de ces coups d'éclat dont il avait le secret...

Il avait enseigné avec moi au petit séminaire de Save où il avait habité avant que cette école ne soit transférée à Butare. Il m'avait pris en affection et affirmait que j'étais sa fille, celle qu'il avait eue avec la France.

Il était tout à la fois capable d'une morgue incroyable et d'une grande tendresse. Alors que je recevais de la part des autorités la médaille du Mérite National (de la part de la France), en même temps que le préfet, Emmanuel Ruzindana, on fit à cette occasion une petite fête à mon domicile. Il est venu, quelque peu éméché, mais a refusé de saluer le préfet et les autorités présentes. Il clamait que j'étais sa fille et que cette médaille qu'on me remettait était donc aussi la sienne...

Mais il a été très affecté quand je suis repartie en France pour la mort de Maman et, au moment de mon départ, en pleurant, m'a demandé de lui dire qu'elle « partait sans son autorisation ».

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

GASAMAGERA Claire 02/10/2012 11:48


Bonjour a tous!


je suis tres emouvee de la facon dont vous parlez de Naigiziki Xavier. C'est mon grand pere!! et bien je l'admire beacoup! Moi je suis trop jeuene j'ai pas eu la chance de le connaitre .


J'ai ete beacoup inspiree par son livre " Mes transes a Trente ans". Et bel bien moi aussi j'ai commence un livre intitule " Mes transe a trente ans".


cette fois ci je vais parler de la situation dans la quelle je vis comme une jeune fille qui a vecu dans une periode difficile qu'a traverse notre pays!


Oui j'ai beaucoup de choses a dire dans ce livere!!! j'aime beacoup mon grand pere, je suis une jeuene fille mais on me dit que je marche comme lui et depuis que je suis toute petite j'ai reve
d'etre comme lui! etre libre! Et dans tous ce que je fais je suis guide par l'un de ces citations : " je dois toute chose a Dieu , peu de chose a mon patron *(ici il parlait de Monseigneur
 Gahamanyi) et ma famille et TRES peu de choses a moi meme et RIEN a quelqu'un d'autre! je suis un homme LIBRE!!!!


Comme je n'ai pas eu la chance de le connaitre personnelement, j'aimerais bien avoir beacoup de ses nouvelles, ce qu'il aimait a part la biere, ce qu'il croyait,.....


Mon pere me disait souvent que je suis une fille et que je ne dois pas me faire beacoup de soucis, penser beacoup mais moi j'ai refuse! je dois faire RENAITRE Naigiziki!


je suis moi aussi LIBRE! et je vous en prie de m'envoyer ses ecrits ses citations, ses hiistoires et je dois consulter la famille pour m'autoriser de partager avec vous ses photoes. J'ai ses
photoes partout dand mon ordinateur, mon telephone et il m'inspire beacoup!


Et bien j'ai arrive a beacoup de choses a cause de ma determination! j'ai deje visite beacoup de pays du monde, j'ai eu des " AWARDS " dans differents travaux et bien je dois faire RENAITRE
Naigiziki.


je vous aime tous! Je m'excuse pour toute faute que j'aurais comise en francais car j'ai fait une grande partie de mes etudes dans la francophonie.


J'espere vous lire bientot!


Claire GASAMAGERA


E-mail: gasamagera.claire@gmail.com