Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

Procès Ingabire: éléments nouveaux, réactions aux Pays-Bas

19 Avril 2012 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Justice et Droits de l'homme

Radio Nederland Wereldomroep possède des preuves matérielles sur les pressions qui auraient été exercées sur Michel Habimana par le ministère public rwandais. Cet élément a fait son chemin vers le Parlement néerlandais. Durant un débat sur l’aide au développement, deux députés ont fait part de leurs préoccupations et ont posé des questions sur cette nouvelle tournure dans le procès de Victoire Ingabire.

En tant qu’unique témoin, le colonel Habimana a témoigné en faveur de la leader de l’opposition rwandaise Victoire Ingabire, qui est jugée à Kigali depuis l’automne 2010. Cependant, le procureur général du Rwanda, Martin Nogoga, a fermement contesté le témoignage d’Habimana.

Oeil critique
"Le fait qu’un témoin aurait été manipulé confirme une fois de plus que ce genre de choses arrivent au Rwanda", déclarait le député Joël Voordewind, du petit parti chrétien orthodoxe ChristenUnie (CU). "Cela amène à penser que nous devrions cesser de coopérer à ce procès".

En raison des longues années que Victoire Ingabire a vécu aux Pays-Bas, les autorités néerlandaises ont à plusieurs reprises prêté assistance au gouvernement rwandais en autorisant des perquisitions à son domicile près de Rotterdam et en envoyant divers documents nécessaires à son procès à Kigali.
Le député Voordewind a plaidé en faveur d’un arrêt de l’assistance à Kigali, toutefois il n’a pas réussi à obtenir la majorité des voix au Parlement.

De son côté, le député du parti travailliste PvdA Jeroen de Lange considère d’un œil critique le point de vue des Pays-Bas en matière des droits de l’homme au Rwanda. Selon lui, l’ambassadeur des Pays-Bas à Kigali, Frans Makken, entretient des liens trop étroits avec le gouvernement rwandais. "Je ne me méfie pas pour autant de l’ambassadeur, dit Jeroen de Lange, mais il (Frans Makken – ndlr) devrait prendre davantage ses distances." A la différence de Joël Voodewind, Jeroen de Lange estime qu’un arrêt de l’assistance juridique irait trop loin. "Nous devons garder en tête que le Rwanda est encore un pays en construction."

Vigilance des Affaires étrangères
"Il y a des raisons d’être inquiet", répond le secrétaire d’Etat néerlandais à la Coopération au développement. ‘’C’est pourquoi, comme à notre habitude, nous continuons à surveiller de près le procès d’Ingabire, depuis son début en 2010.’’

Aucunement satisfait de la position de Knapen, Voordewind a exigé que le secrétaire d’Etat écrive une lettre au gouvernement rwandais, afin d’évoquer la situation.

Commission de vérité néerlandaise ?

De Lange a annoncé une autre proposition pour les Pays-Bas : la supervision d’une commission de vérité à mettre en place dans la région des Grands lacs en Afrique. "C’est un rôle qui correspond parfaitement à la politique et aux capacités néerlandaises’’, affirme-t-il. ‘’Alors que des pays comme la France et le Royaume-Uni ont déjà une relation ‘difficile’ avec certaines personnes de la région, les Pays-Bas sont relativement neutres."
Knapen a répondu de manière positive, appelant le projet ‘stimulant’ et ‘intéressant pour La Haye’.

Entre temps, à Kigali, Victoire Ingabire boycotte toutes les prochaines auditions de son procès. L’avocat de la défense Iain Edwards a affirmé à Radio Nederland que la décision de Victoire Ingabire de ne pas se présenter à la cour ne va pas augmenter ses chances d’être acquittée.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article