Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

Obama maintient la RDCongo sous haute surveillance

28 Octobre 2011 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Actualités

 

Source: 7sur7cd

Le président des Etats-Unis d’Amérique, Barack Obama, a décidé de maintenir la République Démocratique du Congo sous haute surveillance. Les services de la Maison Blanche l’ont fait savoir aux médias dans une déclaration datée du mardi 25 octobre 2011. Selon la même source, le président américain n’a, en réalité, que fait reconduire une option déjà levée en 2006 son prédécesseur, George W. Bush.
On rappelle que son décret n°13413 du 27 octobre 2006, l’ancien locataire de la Maison Blanche avait déclaré « urgence nationale » pour les USA la situation sécuritaire qui prévalait en République Démocratique du Congo, considérée comme une « menace inhabituelle et extraordinaire pour la politique étrangère des Etats-Unis». A en croire le rapport dressé à l’époque, les violences généralisées et les atrocités qui émaillaient le quotidien des Congolais étaient de nature déstabiliser non seulement la région des Grands Lacs mais aussi l’ensemble du continent africain.

Entre autres mesures conservatoires adoptées par l’administration américaine, il y avait celle consistant à geler les avoirs de toutes les personnes - Congolais comme étrangers- épinglées comme commanditaires de l’insécurité en territoire congolais.
La décision de Barak Obama de tenir le Congo démocratique à l’oeil découle du constat selon lequel la situation sécuritaire demeure toujours précaire et de nature à provoquer l’implosion des Grands Lacs et de l’Afrique tout entière. Aussi, afin de prévenir une situation de nature à compromettre gravement la paix et le développement du continent, la RDC est maintenue sous Son statut d’urgence’ nationale pour les Américains, jusqu’à nouvel ordre.
Pareille décision traduit, si besoin est, tout l’intérêt que les USA attachent à la stabilité, de notre pays, à son retour à l’Etat de droit, à la réussite de son processus électoral, à son développement. Elle démontre que Kinshasa occupe une place géostratégique au coeur du continent et que celui-ci ne saurait progresser dans la voie de la démocratie et de la prospérité sans un Congo fort, uni et stable.

Mise en garde aux futurs élus et aux forces négatives
Le président américain aurait-elle adressé par là aux futurs élus congolais une mise en garde qui ne dit pas son nom ? De nombreux observateurs pensent que les USA sont fatigués de voir des seigneurs de guerre congolais ou étrangers et leurs parrains, planqués dans les arcanes du pouvoir à Kinshasa ou ailleurs sur le continent africain, continuer à compromettre les efforts consentis pour que la République Démocratique du Congo retrouve le chemin de la paix et du développement.
Le message non écrit adressé à ceux qui vont gérer la prochaine législature est que Washington souhaiterait qu’une paix durable revienne au Congo et que quiconque s’amuserait à jouer au petit malin le ferait à ses risques et périls. La récréation, pourrait- on dire, a tellement duré sur le territoire congolais que les Américains paraissent déterminés à y mettre un terme, notamment en s‘occupant personnellement des perturbateurs de la paix. Tous ceux qui, à l’intérieur des frontières congolaises ou en dehors de celles-ci, s’évertuent à instrumentaliser les groupes armés pour piller les ressources naturelles congolaises et tirer de multiples profits du climat d’insécurité sont avertis.
L’avertissement vaut aussi pour les forces négatives FDLR (Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda), LRA (Lord Resistance Army), les Mai-Mai, les ex-rebelles du CNDP (Conseil National pour la Défense du Peuple), etc. S’agissant singulièrement des rebelles ougandais à la solde de Joseph Kony, le pays de l’Once Sam a annoncé dernièrement le déploiement imminent d’une centaine de marines dans un large corridor compris entre l’Ouganda, la RDC, le Sud-Soudan et la RCA, en vue de prendre le maximum de renseignements sur le précité et le mettre définitivement hors d’état de nuire.
Il n’est pas exclu que concomitamment à la chasse à Kony et ses hommes, les USA ouvrent d’autres « fronts » en territoire congolais, dans le but bien arrêté de sécuriser la République Démocratique du Congo et partant de garantir la sécurité de l’Afrique tout entière.
Nous avons appris, au moment où nous mettions sous presse, que l’ambassadeur  Richard- son, très célèbre sous Mobutu, était en route pour Kinshasa.
                                                                                                                Kimp

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article