Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

Le Rwanda toujours maître du jeu en RDC

2 Juin 2012 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Justice et Droits de l'homme

 

Source: Direct!CD

A en croire plusieurs sources, le général Bosco Ntaganda se trouverait effectivement isolé dans le Parc de Virunga, au Nord-Kivu, près de la frontière rwandaise. Abandonné par le gros de sa troupe, il disposerait de moins d’une centaine d’hommes et d’un armement réduit. Ses déclarations selon lesquelles il aurait regagné le Masisi seraient vraisemblablement destinées à distraire les FARDC qui le traquent depuis plusieurs jours. 

Placé sous le coup d’un mandat d’arrêt international depuis août 2006 par le Procureur, qui ne cesse de réclamer son arrestation et son transfert à La Haye, cet officier est devenu un partenaire encombrant aussi bien pour Kinshasa que pour Kigali. Apparemment, le gouvernement congolais a changé d’avis au sujet de ce seigneur de guerre qu’il s’est évertué à présenter, de mars 2009 à avril 2011, comme la pièce maîtresse du retour de la paix au Nord-Kivu. Recherché activement pour être traduit devant des juridictions militaires congolaises, Bosco Ntaganda a surpris tout le monde en affirmant, mercredi, qu’il préférait être jugé au Congo qu’aux Pays-Bas. Pourquoi un tel revirement de la part d’un officier dont les hommes se sont mutinés contre l’armée nationale, car opposés à son arrestation et son transfèrement à la CPI? L’autre face du puzzle indique que Kigali, très embarrassé par le mandat d’arrêt international délivré par Luis Moreno Ocampo à Bosco Ntaganda et réactivé par son adjointe Mme Bensouda, a fait de l’anticipation en fabriquant de toutes pièces, le M. 23 (Mouvement du 23 mars 2009), placé sous le commandement d’un nouveau pion, le colonel Sultani Makenga, apparemment sans tache au chapitre de crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Et pour donner de la consistance à ce mouvement rebelle, Kigali s’est empressé de lui envoyer en grand nombre des troupes fraîches ainsi que des armes.

L’objectif visé est de faire croire à la naissance d’une nouvelle dissidence au sein du CNDP (Congrès National pour la Défense du Peuple), comme à l’époque du coup de force de Bosco Ntaganda contre son ancien maître, le général Laurent Nkundabatware. Tous les moyens sont mis en oeuvre par Kigali pour lui conférer le statut d’interlocuteur direct de Kinshasa, dans le cadre d’un dialogue futur dont le promoteur n’est autre que le gouvernement rwandais.

Un lobbying est mené dans ce sens en direction des autorités congolaises.

Pendant que le Rwanda attend impatiemment la réponse de Kinshasa à son offre. de dialogue en vue de faire légitimer le M.23, le colonel Makenga et ses lieutenants viennent de déclarer dans les médias périphériques qu’ils sont prêts à se battre contre les FARDC jusqu’à la liquidation du dernier de leurs hommes. Pour une micro-rébellion que l’on croit en passe d’être décimée sur le front de l’Est, pareille témérité étonne et fait penser à une main noire, qui la pousse à faire de la résistance sur le champ de bataille. Un tel message voudrait dire que l’armée congolaise se bat, au Nord-Kivu, contre des troupes rwandaises en «détachement » au M.23. Les architectes du huis clos du mercredi 30 mai 2b12 à l’Assemblée Nationale devraient tirer les leçons du double jeu de Kigali, que des décideurs politiques et militaires congolais donnent l’impression d’avoir entériné.
Kimp

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article