Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

Le Rwanda se trouve dans les 25 pays les plus menacés par la famine

12 Octobre 2010 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Ressources et environnement

Silence, on a faim!

Un milliard de personnes souffrent de la faim dans le monde. Tel est le verdict de l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (Ifpri), dont le rapport 2009 a été rendu public ce 11 octobre 2010. Fait caractéristique, une trentaine de pays en développement sont carrément dans le rouge, et la situation est «particulièrement préoccupante» dans quatre d’entre eux.
Si l’on peut se réjouir d’une baisse sensible du nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde –la FAO annonçait en effet, il y a quelques semaines, 925 millions de personnes pour 2010-, le fait est que cette situation touche encore trop de personnes ici et là. Et notamment dans les pays en développement, principal champ d’investigations de l'Ifpri. Ainsi, 122 pays en  développement ont été pris en compte dans le rapport publié le 11 octobre 2010, sur «la vision globale de la faim dans le monde».

Et, ô triste constat, «la famine atteint des niveaux alarmants dans 25 d’entre eux1, tandis que quatre sont extrêmement préoccupants». Il s’agit notamment du Burundi, de l’Erythrée, de la République démocratique du Congo (RDC) et du Tchad. Au total, ce sont 29 pays –dont 27 de l’Afrique subsaharienne- qui se classent ainsi dans le rouge. Seuls Haïti et le Yémen sont cités, en dehors de 25 pays d’Afrique subsaharienne, dans ce palmarès des pays où la faim sévit gravement. Le rapport stigmatise notamment la malnutrition chez les enfants de moins de deux ans, considérée comme l’un des principaux obstacles à la réduction de la faim dans le monde.
Ce n’est pas la première fois que l’on tire la sonnette d’alarme sur cette question préoccupante. Mais il semble bien qu’à chaque fois, l’alerte sonne creux, une fois couchée sur du papier glacé. Il y a juste quelques mois, plusieurs ONG ont embouché leur trompette pour crier à la famine dans le Sahel, qui devait toucher des dizaines de milliers de personnes, avec une menace de mort sur 400 000 enfants! L’alerte passée, la mobilisation sonnée, tout est, semble-t-il, retombé dans cette sorte de léthargie, cette criarde indifférence qui ligote souvent les grands défis du moment. En attendant les prochains cris et les sacs de vivres qui vont avec? Va savoir…
Le problème, c’est aussi que certains font de la faim dans le monde, une rengaine vieille comme… le monde, un fonds de commerce rentable, quantifiant, parfois avec des indicateurs pas toujours réalistes, un phénomène dont on ne maîtrise pas toujours tous les paramètres, divers et ondoyants d’une latitude à l’autre. C’est bien. C’est même très bien. Mais, ces études savantes qui établissent le profil de l’affamé, presque toujours dans les contrées des pays dits en développement, devraient inciter les dirigeants à agir plus efficacement sur les indicateurs analysés, afin de les améliorer. Mais comment infléchir ces indicateurs quand les Etats se trouvent dans une situation sociopolitique déplorable? On comprend aisément que… «les conflits qui perdurent depuis la fin des années 1990 ont provoqué un effondrement de l'économie, des déplacements massifs de population et une situation chronique d'insuffisance alimentaire» en RD Congo par exemple, ainsi que l’explique si bien le rapport de l’Ifpri.
Ce qu’on comprend moins, c’est que les gouvernants ne se mobilisent pas davantage pour trouver des solutions idoines et communes à cet état de fait. Comme s’ils étaient finalement friands de ce types de rapports-là, pour mieux quémander l’aide internationale, plutôt que de se lever comme un seul homme, selon le mot de Aimé Césaire repris par Alexandros Yiannopoulos, spécialiste en sécurité alimentaire d’urgence, pour «financer la politique agricole» de leurs régions.
Mais chut, on meurt de faim, et c’est peut-être bien mieux ainsi!

 ___________________________________________

1-Les 25 pays où la situation est «alarmante» sont, par ordre de gravité croissant, le Népal, la Tanzanie, le Cambodge, le Soudan, le Zimbabwe, le Burkina Faso, le Togo, la Guinée-Bissau, le Rwanda, Djibouti, le Mozambique, l'Inde, le Bangladesh, le Liberia, la Zambie, le Timor oriental, le Niger, l'Angola, le Yemen, la République centrafricaine, Madagascar, les Comores, Haïti, la Sierra Leone et l'Ethiopie.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article