Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

Le FPR derrière le coup de force au sein duparti PS-Imberakuri

18 Mars 2010 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Rwanda: élections 2010

Wednesday, 17 March 2010 16:53

mukabonane.gif

 

Mme Christine Mukabonane, la nouvelle présidente répond aux questions des journalistes

Kigali : C’est à la majorité des voix, le quorum des trois quarts ayant été atteint selon les organisateurs, qu’un congrès extraordinaire de plus de neuf cent membres délégués du parti social PS-Imberakuri s’est réuni urgemment pour statuer définitivement sur le cas de son président Me Bernard Ntaganda qui ne s’entendait plus avec certains de ses lieutenants au cours de ces derniers mois.

Des représentants de ce parti venant de tous les provinces, districts et secteurs du Rwanda, ainsi que des membres qui, pour la plupart résident à Kigali, ont approuvé à l’unanimité le renvoie de l’avocat Me Ntaganda du poste de président de ce parti.

A l’arrivée de la vice-présidente du PS-Imberakuri, Christine Mukabonane, la foule visiblement pressée d’en finir avec le cas Ntaganda, a réagi avec des applaudissement, a confié à ARI, une dame assise juste à coté de l’entrée de la salle où s’est déroulé ce matin le congrès. Une petite salle qui n’a pu contenir tout le monde, vu que plus de la moitié de la foule était massée à l’extérieur.

 

Les délégués venus de tous les coins du pays pour entériner la destitution de Me Ntaganda Bernard

Dans une brève allocution, la Vice-présidente Mme Mukabonane propulsée à la tête du PS-Imberakuri comme benard Ntaganda 01nouvelle présidente, a informé les membres de leur propre décision de destituer leur président. Selon les règlements en vigueur dans ce parti, Me Ntaganda restera un simple membre.  

La désormais présidente du PS-Imberakuri a rappelé à toute l’assistance que les membres de ce parti avaient du mal à contenir les excès de l’ex-président, qui proférait des grossièretés, voire des insultes à l’égard de certaines personnalités du dit parti, prenait des décisions unilaterales, entretenait des contacts secrets et signait des documents avec des organisations et des particuliers sans consulter les autres organes du parti. 

En rappelant à l’assemblée générale et en expliquant aux média les règlements qui régissent ce parti à travers tout le pays, Christine Mukabonane précise que c’est à la demande des membres du PS-Imberakuri qu’ « il nous fallait agir vite pour stopper la gangrène ».

La nouvelle présidente a annoncé à ARI qu’elle dirigera pendant 60 jours un comité de trois personnes dont elle est désormais la présidente ad intérim, en conformité avec les statuts du parti. Elle sera respectivement suivie du pasteur Noël Hakizimfura et de Augustin Niyitegeka.

 

 

Après cette période provisoire de deux mois, l’on procédera aux élections de nouveaux membres du comité directeur de ce parti. L’actuel no 2 du parti, Mr Hakizimfura a informé qu’un rapport complet sur la destitution du président Ntaganda sera transféré au Ministère de l’Administration Locale (MINALOC).

« Vous me connaissez bien pour avoir eu des démêlés avec cet homme, s’exclame Niyitegeka. Nous avons des hiérarchies et des stratégies que nous respectons au sein de notre parti. Ntaganda a violé tout cet ensemble de règles qui régissent notre organisation. Vous vous imaginez un individu qui signe des accords avec Déogratias Mushayidi qualifié aujourd’hui de subversif. Nous avons appris la nouvelle peu de temps après à travers l’hebdomadaire UMUSESO ».

Niyitegeka ajoute que Ntaganda prenait des décisions unilatérales sans consulter le conseil national du parti et tentait de faire jonction avec d’autres partis non encore agréées par les instances juridiques habilitées [Allusion claire au FDU-Inkigi et Green Party] sans tenir au courant les membres de son parti. Certains membres contactées sur place affirment pour la plupart qu’il fallait mettre fin à ce qu’ils appellent « la dictature Ntaganda ».

Jusqu’à ce soir Me Ntaganda n’était pas joignable à son numéro de téléphone. La personne qui répond aux appels affirme ne pas savoir où se trouve le président déchu mais a dit aux journalistes de la radio nationale qu’il [Ntaganda] se serait « peut-être » réfugié dans une des représentations diplomatiques à Kigali.  

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article