Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

Le dirigeant rwandais fait fi d'une plainte

4 Mai 2010 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Justice et Droits de l'homme

BBC Afrique
Le président rwandais, Paul Kagamé, s'est rendu aux Etats-Unis, bien qu'une action ait été entamée devant la justice américaine au sujet de la mort de deux présidents africains en 1994.

Paul Kagamé s'est exprimé lors d'une cérémonie en l'honneur de diplômés rwandais à Oklahoma City.

Les veuves des dirigeants de l'époque, au Burundi et au Rwanda, dont le décès avait provoqué le génocide de 1994, affirment que Paul Kagamé a donné l'ordre d'abattre leur avion, ce que l'intéressé dément.

Paul Kagamé était l'invité d'honneur de la cérémonie qui s'est tenue à l'Université chrétienne de l'Oklahoma.

Il a serré la main d'étudiants rwandais, entre autres, en disant que l'enseignement jouerait un rôle crucial pour aider son pays à se remettre du génocide.

Mais il est parti avant la fin de la manifestation et n'a fait aucun commentaire sur la plainte déposée contre lui.

Selon des témoins, il était entouré de gardes du corps.

Les veuves de Juvénal Habyarimana et de Cyprien Ntaryamira ne vivent pas aux Etats-Unis mais elles ont porté plainte à Oklahoma City en raison des liens que Paul Kagamé entretient avec l'université, selon leurs avocats.

Elles demandent 350 millions de dollars de dommages et intérêts.

Un porte-parole de l'université a déclaré que Paul Kagamé était venu en l'honneur des étudiants et qu'il ne serait pas question de la politique rwandaise.

En 1994, Paul Kagamé était le chef rebelle à la tête du Front patriotique rwandais, qui a chassé le régime génocidaire du pouvoir.

L'avion qui transportait le Président Habyarimana - un Hutu - et le Président Ntaryamira avait été abattu le 6 avril 1994.

Le gouvernement extrémiste hutu avait accusé le FPR.

En l'espace de quelques heures, des milices avaient mis en place des barrages routiers et avaient commencé à tuer des Tutsis et des Hutus modérés de façon systématique.

Quelque 800000 personnes ont été massacrées au cours des 100 jours qui ont suivi.

Le FPR a toujours accusé les extrémistes hutus d'avoir tiré sur l'avion pour trouver un prétexte à leurs plans génocidaires.

Des accusations ont également été formulées à l'encontre de Paul Kagamé, en France, pour les mêmes faits.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article