Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

Le député UMP Jacques Myard accuse Kagame d'avoir assassiné Habyarimana

26 Février 2010 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Attentat contre J.Habyarimana


COMMUNIQUE DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député UMP
Président du Cercle Nation et République



A/S : Rwanda : Non à la repentance !


Au moment où le Président de la République effectue une visite à Kigali, il convient de rappeler avec force que la article_myard.jpgFrance n’a pas à rougir de l’action qu’elle a menée au Rwanda pour stabiliser la situation politique et pour éviter la catastrophe.


Après les accords d’Arusha, le Président Mitterrand avait retiré tous les conseillers militaires français présents. Au moment où le Président Kagamé a ordonné d’abattre l’avion d’Habyarimana, abattu le 6 avril 1994, il n’y avait plus de troupe française au Rwanda mais des casques bleus commandés par le Général Dallaire qui s’est dérobé et n’a pas levé le petit doigt pour s’opposer au début des massacres.


Lors de l’opération Amaryllis, la France a évacué ses ressortissants, les étrangers ainsi que nombre de personnels rwandais de l’ambassade Hutus et Tutsis sans faire, bien évidemment, la différence entre les uns et les autres. Ce sont là des faits avérés.


Il est donc particulièrement scandaleux, comme l’ont fait certains médias, de mettre en avant quelques témoignages de personnels des services culturels qui n’avaient pas été évacués par les forces françaises d’Amaryllis.


La France est le premier Etat à avoir parlé de génocide après le Pape Jean-Paul II et a eu énormément de mal à convaincre les Américains, notamment, qui refusaient cette évidence pour ne pas agir.


Elle a donc supporté seule l’opération Turquoise, qui a permis effectivement de mettre un terme aux massacres, malgré les difficultés qu’il a fallu résoudre pour monter cette opération.


Il est donc entièrement faux de dire que la France avait les moyens d’empêcher les massacres dès le lendemain du 6 avril 1994.


La vérité est tout autre : l’actuel Président du Rwanda a sciemment fait abattre le Falcon qui transportait le Président Habyarimana. Il porte, à ce titre, une responsabilité énorme dans le déclenchement des massacres. C’est la raison pour laquelle il accuse des officiers français, pour mieux cacher ses crimes.


La France n’a pas à s’excuser, non à la repentance.


Jacques Myard rappelle qu’il avait activement fait partie de la mission d’information parlementaire qui a travaillé sur le sujet en 1998.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
<br /> <br /> <br /> Lu sur Imbonankubone<br /> <br /> Bravo à ce courageux député UMP.  Il fait la part nette et judicieuse des choses entre un génocide commis dans le contexte d'une guerre au finish pour la conquête d'un pouvoir sans partage<br /> d'un côté, et de l'autre, les manoeuvres mensongères d'un régime débordé par les preuves accablants de sa propre responsabilité dans ce génocide, qui s'avise à exercer le terrorisme<br /> intellectuel et moral tous azimuts, dans l'espoir que ses crimes seront tus éternellement.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> En effet, la vérité n'est pas que la France soit absolument coupable, tandis que le régime post-génocide de Kagame soit le martyr incontestable. <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Le génocide au Rwanda a été le couronnement d'une lutte d'influence dans la région des Grands Lacs, et dans laquelle le Rwanda n'a été qu'un pion facilitateur de l'accès au grand et riche<br /> Congo.  Dans ce jeux, pour le moins mesquin et anti-humain,  où chacun espère instrumentaliser l'autre, il n'est absolument pas judicieux de désigner la France comme bouc-émissaire,<br /> tout simplement parce qu'il a perdu la guerre au profit des USA et de la Grande Bretagne, tous deux solidaires à leurs pions de Kagame.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Il est réconfortant de constater que l'UMP dispose encore d'Homme d'Etat pertinent qui n'avaleront jamais les résultat d'une "réconciliation arrangée" dans le but de paralyser les actions<br /> judiciaires en cours, dans le cadre notamment du doddier du Juges Bruguière.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Joseph Ndahimana<br /> <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre