Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

La Lybie menace l'UNESCO si la Bulgare Irina Bokova est confirmée comme Directeur Général

11 Octobre 2009 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Histoire - politique

 

APA - Mos­cou (Rus­sie) La Libye a me­na­cé de cou­per toutes formes de co­opé­ra­tion avec l’agence des Na­tions Unies pour la culture et l’édu­ca­tion (UNES­CO) si la Bul­gare Irina Bo­ko­va ré­cem­ment élue est confir­mée comme nou­veau di­rec­teur gé­né­ral de l’UNES­CO, a ap­pris APA sa­me­di.


La re­pré­sen­tante per­ma­nente de la Bul­ga­rie à l’UNES­CO, Irina Bo­ko­va, a été élue après cinq tours de scru­tin.


Sa no­mi­na­tion sera sou­mise à la Confé­rence gé­né­rale de l’UNES­CO du 15 oc­tobre pro­chain, lors­qu’elle de­vrait être confir­mée pre­mière femme à la tête de l’or­ga­nisme.


"La Libye est contre l’élec­tion d’une ci­toyenne bul­gare au poste de di­rec­teur gé­né­ral de l’UNES­CO et en­vi­sage de ces­ser toute co­opé­ra­tion et de se re­ti­rer de tous les co­mi­tés de l’UNES­CO, » a dé­cla­ré Ab­del­ke­bir Fa­kh­ri, chef du Co­mi­té po­pu­laire sur l’édu­ca­tion et la re­cherche scien­ti­fique selon l’agence de presse li­byenne JANA.


Les ob­ser­va­teurs lient cette po­si­tion ferme de la Libye au scan­dale qui im­pli­quaient cinq in­fir­mières bul­gares et un mé­de­cin pa­les­ti­nien qui ont été condam­nés à mort puis à la pri­son à vie pour avoir in­fec­té plus de 400 en­fants avec le virus du sida dans un hô­pi­tal de Ben­gha­zi à la fin des an­nées 1990.


Les ac­cu­sés ont été re­con­nus cou­pables et condam­nés à mort à deux re­prises, d’abord en 2004 puis en 2006, après par une cour d’appel.


La Bul­ga­rie, l’Union eu­ro­péenne et les États-​Unis avaient in­sis­té que les ac­cu­sés fussent des boucs émis­saires pour dé­tour­ner l’at­ten­tion de l’état dé­plo­rable des ser­vices de santé de la Libye.


Les ex­perts étran­gers, sou­te­nus par des rap­ports scien­ti­fiques in­ter­na­tio­naux, avaient dé­cla­ré au tri­bu­nal que les in­fec­tions étaient an­té­rieure à l’ar­ri­vée de ces mé­de­cins », et été cau­sées par une mau­vaise hy­giène à l’hô­pi­tal de Ben­gha­zi.


La Bul­ga­rie avait de­man­dé à Tri­po­li le ra­pa­trie­ment des mé­de­cins pour pur­ger leur peine en Bul­ga­rie. Le pré­sident bul­gare Geor­gi Par­va­nov les a gra­cié dès leur ar­ri­vée dans le pays.


Des com­pen­sa­tions to­ta­li­sant 1 mil­lion de dol­lars pour chaque en­fant in­fec­té ont été ver­sées aux fa­milles des 460 en­fants. Cin­quante-​six de ces en­fants sont morts.


Un fonds in­ter­na­tio­nal, fi­nan­cé prin­ci­pa­le­ment par l’UE et les Etats-​Unis, a mo­bi­li­sé l’ar­gent.


KKK/daj/ad/mn/APA

10-​10-​2009

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article