Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

Kampala restitue la partie du territoire congolais

16 Octobre 2010 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Ressources et environnement

Après plusieurs mois d'occupation illégale, Kampala restitue la partie du territoire congolais

Source: Groupe l'Observateur

Les autorités ougandaises viennent de restituer à la République démocratique du Congo (RDC) la partie du territoire congolais situé en territoire de Beni, dans la province du Nord-Kivu, qu'elles avaient annexée par erreur. Cette partie mesure environ vingt hectares que l'Ouganda avait annexés à partir de la rivière Lubiriya, qui constitue la frontière naturelle entre l'Ouganda et la RDC.

 

Selon l'administrateur du territoire de Beni, cité par Radiookapi.net, c'est mercredi 13 octobre que la restitution de cette partie du territoire congolais a été faite aux autorités congolaises locales, à une soixantaine de kilomètres à l'est de la Beni. Cette partie du sol congolais avait été annexée depuis deux mois par des Ougandais, après avoir dévié volontairement la rivière Lubiriya de son lit naturel, avant de s'installer à l'intérieur du territoire congolais où ils s'étaient mis à cultiver leurs champs sur quelques kilomètres carrés.

Il a suffi que les Congolais dénoncent cette occupation illégale d'une partie de leur territoire par les Ougandais, pour que s'engagent des pourparlers pendant une semaine entre les autorités administratives de Beni et leurs homologues ougandais du district ougandais de Kasese.

A l'issue de ces pourparlers, la partie ougandaise, coincée, n'a pas hésité à reconnaître son erreur, à en croire l'administrateur du territoire de Beni, Justin Mukanya.

 

De nombreux différends frontaliers RDC-Ouganda

Depuis plusieurs années, les relations entre la République démocratique du Congo (RDC) et son voisin ougandais ont toujours été en dents de scie : à la base, de nombreux différends frontaliers dus généralement à la convoitise par l'Ouganda des richesses du sol et du sous-sol de la RDC. En effet, les mines d'or de la RDC, le pétrole du lac Albert dans la zone frontalière avec l'Ouganda poussent Kampala à revendiquer le poste frontalier de la RDC. Ce qui crée ainsi un nouveau prétexte de conflit frontalier entre les deux pays.

Il y a trois ans, la construction par la RDC d'un poste de police avait assombri les relations de l'Ouganda et la RDC. Ce poste de police était construit dans un "no man's land" entre les deux pays, dans la région de Mahagi (RDC), une importante localité commerciale sur la route qui mène à l'Ituri et à ses mines d'or. L' îlot sur le lac Albert, très riche en pétrole, dans la même région était la véritable cause du différend entre les deux voisins. Kampala reprochait à Kinshasa d'avoir établi un poste-frontière sur les rives du Lac Albert, ce qu'il revendiquait comme étant son territoire, sans attendre la publication d'une étude ougandaise sur la question frontalière entre les deux pays. Pour l'Ouganda, par son commissaire du district de Nebbi, Betty Adima, c'était "une agression" et "une provocation".

Les conflits frontaliers entre la République démocratique du Congo et l'Ouganda sont en effet nombreux. Ils sont d'autant plus difficiles à résoudre que cette frontière était devenue illusoire durant l'occupation ougandaise, qui a duré presque dix ans, de 1996 à 2005.

Les autorités ougandaises avaient tenté en vain d'arrêter la construction de ce poste de Police, qu'ils considéraient comme étant sur leur territoire, mais les autorités congolaises ont décidé de passer outre. A l'époque, l'Agence congolaise de presse (ACP) avait estimé que la frontière avait bougé ces dernières années dans cette région, en fonction du bureau chargé de taxer les marchandises du côté congolais de la frontière, avait été déplacé à l'intérieur des terres congolaises.

Avec le temps, les autorités ougandaises, soucieuses de récolter également des taxes de leur côté, s'étaient rapprochées de ce bureau et c'est toute la frontière qui est ainsi remise en question.

Le district de Nebbi longe le bassin du lac Albert où, en septembre 2008, le groupe pétrolier canadien Heritage Oil avait affirmé avoir découvert une réserve d'un potentiel de production de plus de 14 000 barils de pétrole par jour. Selon Heritage Oil, il s'agissait de la plus grosse réserve pétrolière jamais découverte en Ouganda.

La tension entre l'Ouganda et la RDC était montée d'un cran début août 2007 lorsque Kampala a accusé l'armée congolaise d'avoir tué un ingénieur britannique travaillant pour Heritage sur la partie ougandaise du lac. Le poste-frontière établi par la RDC est situé à Goli qui, comme la plupart des localités longeant la frontière de la région du West Nile, fait l'objet d'un contentieux entre les deux pays.

L'Ouganda n'est pas le seul voisin de la RDC à lui créer des problèmes frontaliers. L'Angola avait également eu maille à partir avec la RDC en violant ses frontières à Kahemba.

Kléber Kungu

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article