Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

Grands lacs : Comment fabriquer des pauvres…

20 Mars 2012 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Ressources et environnement


Source: Walfadjiri

Désespérant… Les témoignages et les reportages sur le Burundi, le Rwanda et la RD Congo convergent tous. Tout semble se conjugue pour que la majorité des habitants de ces pays, dans les campagnes et encore plus dans les villes, soit de plus en plus pauvre.

C'est ainsi que le travail n'est jamais payé à son juste prix, surtout les petits emplois non qualifiés ou simplement le temps passé au marché par les femmes pour vendre leur manioc ou leurs légumes. Quant à l'Etat, il n'hésite pas à laisser durant des mois ses agents impayés et à garder un barème de rémunération sans rapport avec le coût de la vie.

Ensuite, tout est fait en RD Congo, pour décourager les entrepreneurs, ceux qui veulent lancer des sociétés ou des commerces. Ils sont assommés de taxes et d'impôts réels ou fictifs, de tracasseries en tous genres jusqu'à ce qu'ils ne trouvent plus aucun intérêt à continuer leur entreprise ou qu'ils corrompent efficacement les agents du fisc pour être tranquilles. De la sorte, le pays continue à importer nombre de produits qu'il pourrait produire lui-même, ne serait-ce que de l'eau en bouteille !

Ces prélèvements fiscaux pèsent lourdement sur la population de base, et donc sur les produits alimentaires. Ainsi les gens ont de plus en plus de mal à se nourrir jusqu'à ne manger qu'un seul repas par jour, et parfois pas tous les jours. Ils n'ont pas accès aux produits nutritifs comme la viande ou le poisson et leurs enfants grandissent mal.

D'autres profitent de cette misère dont beaucoup ne voient pas le bout. Des pasteurs sans scrupules sont ainsi passés maîtres dans l'art de rendre les pauvres encore plus pauvres. Ils font miroiter à ceux qui n'ont rien des gains mirobolants, à condition bien sûr qu'ils donnent à ces escrocs le peu qu'ils ont… Il ne reste aux plus démunis que leurs très nombreux enfants, à soigner, à éduquer, des bouches de plus en plus difficiles à nourrir. Des petits qui, dans certaines zones rurales abandonnées à elles-mêmes depuis des décennies en RD Congo, n'arriveront pas à manger à leur faim et mourront souvent jeunes faute de soins.

A côté de cette majorité de gens préoccupés par leur survie quotidienne, il y a des gens riches, très, très riches même, qui n'ont pas ces soucis, qui n'imaginent même pas ce que vivent ceux qui ne savent pas ce dont demain sera fait, eux qui mangent tous les jours plus qu'à satiété. Ils ne comprennent même pas que maintenir les gens dans la misère, c'est bloquer le développement de leur pays et aussi celui de leurs propres affaires.

Marie-Agnès LEPLAIDEUR (Syfia)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article