Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

Gacaca: Condamnée pour un crime qui n'a pas eu lieu!

19 Octobre 2009 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Justice et Droits de l'homme


Kigali, 16 octobre 2009 (FH) - Une femme médecin du sud du Rwanda, qui était jugée par contumace, a été condamnée jeudi à 7 ans de prison pour son implication dans le génocide de 1994, a indiqué à l'agence Hirondelle un agent de la Ligue pour la promotion et la défense des droits de l'homme au Rwanda (LIPRODHOR).

Le docteur Jeanne-Marie Nduwamariya travaillait à l'hôpital de Kabutare, non loin du centre universitaire hospitalier de Butare (sud).

Le tribunal gacaca de Tumba, dans la Province du Sud, a conclu qu'elle avait demandé à des assaillants d'aller tuer une femme tutsie prénommée Chantal. Cependant, lorsque les attaquants sont arrivés à l'endroit où elle se cachait, cette dernière avait fui.

Le mari de Jeanne-Marie Nduwamariya, lui-même médecin, avait également été condamné par contumace par la même juridiction. Le couple a fui le Rwanda après le génocide.

Inspirés des anciennes assemblées lors desquelles les sages du village réglaient les différends, assis sur le gazon (gacaca, en langue rwandaise), les tribunaux gacacas sont chargés de juger les auteurs présumés du génocide de 1994, à l'exception des « planificateurs au niveau national ».

Ils peuvent prononcer la réclusion criminelle à perpétuité, la peine la plus lourde au Rwanda.

SRE -ER/GF

 

© Agence Hirondelle

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article