Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

Avec des menaces d'arrestations, Bosco Ntaganda pourrait reprendre le maquis

3 Avril 2012 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Justice et Droits de l'homme

Bosco reprend-il le maquis ?

Marie-France Cros

Source: La Libre Belgique

Mis en ligne le 03/04/2012

Recherché par la Cour pénale internationale (CPI), il craint d’être livré.

Le général Bosco Ntaganda, de facto "numéro un" de l’armée congolaise au Kivu, est-il en train de reprendre le maquis ? C’est ce que l’on craignait, ce week-end, au Congo.

Ancien officier de divers mouvements armés congolais, dont le CNDP (le redoutable groupe armé tutsi congolais de Laurent Nkunda, aujourd’hui détenu au Rwanda voisin), Bosco Ntaganda est recherché depuis plusieurs années par la Cour pénale internationale (CPI) pour des exactions commises avec un précédent groupe armé, l’UPC de Thomas Lubanga, qui vient d’être jugé coupable de crimes de guerre. Kinshasa, qui l’a toutefois recyclé dans sa propre armée depuis 2009 avec le grade de général, a toujours refusé, jusqu’ici, de le livrer, au nom de la préservation de la paix.

Avant sa visite au Congo, la semaine dernière, le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, avait indiqué qu’il demanderait au président Kabila de livrer Bosco Ntaganda à la CPI. Des ONG congolaises, après le jugement de Lubanga, avaient exigé la même chose. Enfin, les élections législatives ont été annulées dans les circonscriptions où le CNDP avait imposé par la force l’élection de ses candidats. Le général Ntaganda a-t-il jugé que cela devenait "chaud" pour lui ? A-t-il choisi de prendre les devants ?

C’est ce que l’on redoute au Kivu où, selon plusieurs sources de La Libre Belgique, l’on observe depuis la fin de la semaine dernière de nombreux mouvements militaires suspects - notamment un accroissement des déplacements de véhicules militaires, dont la plaque minéralogique a souvent été rendue illisible, sur les axes routiers allant de Goma à Rutshuru et de Goma à Masisi. Une source dans la région de Rutshuru indique que l’armée y est arrivée dimanche soir mais "divisée" entre rwandophones (CNDP et Pareco, une ex-milice formée essentiellement de Hutus congolais) d’une part, et lingalaphones (le noyau plus ancien de l’armée) de l’autre. "Le CNDP s’est emparé des armes lourdes, les autres du reste", indique cette source.

On signale à Goma que Ntaganda y a quitté depuis quinze jours sa villa - pour retourner dans sa ferme au sud du Masisi. On sait qu’il a pris le contrôle direct de deux régiments (un régiment compte un millier d’hommes) et que des militaires d’autres régiments gagnent depuis quelques jours le Masisi, en provenance des Nord et Sud-Kivu. Près de Baraka, des ONG ont signalé que des militaires avaient réquisitionné leurs véhicules. Visiblement, les ex-rebelles du CNDP qui avaient été intégrés dans l’armée sont en train de se regrouper.

Le rapport des experts de l’Onu du 29 novembre 2011 indiquait que le général Ntaganda avait "détourné" la restructuration de l’armée "en plaçant ses officiers les plus loyaux dans des positions clés au Nord- et au Sud-Kivu", après s’être "réconcilié avec les officiers loyaux au général Laurent Nkunda".

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article