Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

Attentat contre Christophe Hakizabera: la main du FPR

27 Octobre 2009 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Justice et Droits de l'homme

Christophe Hakizabera au CHU de Rouen
La communauté rwandaise de Rouen et du Havre est profondément blessée par ce qui est arrivé à l’un de ses ressortissants du nom de HAKIZABERA Christophe, 61 ans, en exil depuis 1973, instruit, pacifique, profondément croyant et pratiquant la religion catholique, considéré comme un sage, très aimé et respecté par les Rwandais qui le côtoient.

En effet, ce mercredi 22 octobre 2009, vers 13h00, Christophe se trouvait dans sa chambre située au 33, rue Giuseppe Verdi où il est hébergé par l’Association France Terre d’Asile depuis presque un an. Il entend quelqu’un sonner à la porte et ouvre pour l’accueillir. Entre alors un certain TAMAZ, plus ou moins 30 ans, originaire de l’ex-URSS (probablement du Kazakhstan) qui se met tout de suite à le tabasser sans pitié en prétextant que Christophe aurait pénétré dans sa chambre pourtant fermée à clé ! Les coups se sont mis à pleuvoir et Christophe les recevait sans  chercher à les rendre et sans n’opposer aucune résistance. Il ne s’agissait donc pas d’une simple rixe. La réalité est que Christophe a été attaqué, chez lui, sans qu’il y ait des causes  de nature à déchaîner une telle violence. A la fin, Christophe se retrouve avec un visage défoncé et irréversiblement trop amoché, les côtes cassés, la bouche déchirée, les dents brisées, les yeux ensanglantés et bien d’autres maux encore. S’il a pu échapper à la mort, c’est parce qu’un témoin qui a assisté impuissant à cette scène macabre a pu s’échapper pour  prévenir la police et le SAMU qui sont intervenus avant que l’irréparable ne soit consommé ! Car, selon le témoin, Tamaz avait l’intention affichée d’assassiner Christophe ! Pour quel motif, le mystère reste à élucider !

S’agit-il d’un acte isolé ou ce crime s’inscrit-il  dans la longue liste des réfugiés rwandais assassinés ou empoisonnés en terre d’exile ?  A la solde de qui Tamaz a-t-il agi? La justice ne devrait négliger aucune piste. Et vu que Christophe  en sait peut-être trop sur la réalité du Rwanda, il n’a pas que des amis ! Il  mérite une protection toute particulière, sans doute.

Rappelons que le délinquant, Tamaz, est déjà connu des services de police. Il pratique les arts martiaux et le quartier le voit prendre régulièrement de la drogue dont le chanvre et bien d’autres stupéfiants. Et pourtant, il est hébergé, dans le même appartement avec 4 autres  personnes  (dont Christophe) qu’il met dans une insécurité continuelle. Il reste à savoir ce qui est caché dans cette chambre (de Tamaz) dont la pénétration est passible de mort !

En tout cas, pour la communauté rwandaise la douche est trop froide et le choc à son comble. Fuir les misères politiques du Rwanda pour venir se faire tabasser gratuitement en France, cela n’est pas trop facile à concevoir ! En plus, on sait qu’en Afrique, au moins en tant de paix, une personne âgée est très respectée et jamais battue ! Celui qui a le malheur de se rendre coupable d’un tel crime se voit vite corrigé par toute la communauté et ça n’offense personne s’il se retrouve avec des bras cassés ! C’est dans ce sens qu’il faut comprendre la colère qui bouillonne dans les cœurs de quelques jeunes rwandais de Rouen et du Havre qui pensent s’organiser en bande pour punir Tamaz ! Mais dans un pays de droit comme la France, une telle attitude serait, non seulement trop dangereuse mais aussi compliquerait l’affaire. Agir en  bande organisée est plus condamnable que le crime de Tamaz !  Laissons la justice faire son
travail. Attendons que l’article 222 du Code pénal soit, en l’occurrence, appliqué. Car Tamaz n’a pas seulement porté atteinte à l’intégrité physique de Christophe mais surtout, après l’avis des médecins, il pourrait bien être reconnu coupable « des violences ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente »( Code pénal, art 222, 9) et plus grave encore, « sur une personne d’une particulière vulnérabilité due à l’âge » (art222, 10). Si jamais les faits sont ainsi qualifiés, Tamaz encourt jusqu’à 15 ans de réclusion criminelle et 150.000 euros d’amande. A bon entendeur, salut !

Aux dernières nouvelles, Tamaz est entre les mains de la police. Christophe est hospitalisé au CHU de Rouen et souffre beaucoup. Il n’est pas nécessaire d’être spécialiste pour voir que, vu son âge, son état physique et mental, même s’il s’en tire, il gardera des séquelles plus ou moins graves  pour le reste de sa vie.
Nous espérons que l’Association France Terre d’Asile qui fait de son mieux pour aider les demandeurs d’asile apportera le secours nécessaire à Christophe que ce malheur plonge dans une grande détresse physique et morale  qui  vient aggraver une  solitude déjà insupportable étant donné que depuis 1994 Christophe n’a pas vu sa famille en exile en Uganda jusqu’aujourd’hui. Et nous osons demander, last but not least, qu’à l’avenir, l’association  veille  à ne plus héberger « les fous » avec des personnes fragiles, ni dans la même chambre, ni dans le même appartement !

Thomas Nahimana,
Le Havre, 23octobre 2009
Source: murengerantwari-blog

Article lié: L'erreur fatalede Christophe Hakizabera
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article