Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

Afrique du Sud: La 3e mi-temps de Zuma

20 Août 2010 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Ressources et environnement

 
  Source: Le Pays, vendredi 20 août 2010

 

 

La trêve est terminée. Jacob Zuma a bénéficié d’un répit pendant la coupe du monde de football que l’Afrique du Sud a organisée avec succès en juillet 2010. Durant cette période, le peuple sud-africain était dans l’euphorie du ballon rond. Pas de protestations ni de manifestations syndicales. Les travailleurs ont fait preuve de patriotisme en taisant les divergences et en s’abstenant de revendications sociales. Ce qui a contribué à rehausser le niveau de la fête du football au pays de Nelson Mandela. Mais un mois après, les dures réalités du pays refontend of world cup surface, les vieux démons aussi. Le secteur public sud-africain est touché par une grève générale illimitée depuis le 18 août. Les fonctionnaires réclament des hausses de salaire de 8,6%. Ils souhaitent aussi une augmentation de leurs indemnités de logement et un meilleur accès à la sécurité sociale. Le gouvernement propose une augmentation de 7 %. Une proposition que les grévistes jugent insuffisante. Ils menacent de prolonger leur mouvement si leurs revendications ne sont pas satisfaites.

Ce mouvement de grève généralisée montre que malgré le succès éclatant du mondial, il n’a pas réussi a résoudre les problèmes sud-africains comme d’un coup de bâton magique. Avec les milliards de dollars dépensés pour l’organisation du mondial 2010, la nation arc-en-ciel a-t-elle les ressources nécessaires pour satisfaire les revendications des travailleurs à la hauteur de leurs attentes ?. That is the question. L’Afrique du Sud est un pays à forte tradition syndicale dont certaines organisations syndicales sont souvent liées à des partis politiques. Les grandes luttes menées du temps de l’apartheid en sont illustratives. Ces syndicats semblent réclamer aujourd’hui leur part du gâteau, que se partagent surtout les dirigeants politiques de l’ANC. Cette grève illimitée des fonctionnaires constitue un coup dur pour le président sud-africain, Jacob Zuma. Cet homme du terroir et de terrain doit user des talents qui lui sont reconnus pour trouver une solution idoine à cette grève. Car il n’est pas superflu de dire que ses conséquences peuvent être graves sur le plan économique dans la mesure où elle commence à gagner le secteur privé. Des ouvriers de l’industrie métallurgique ont aussi manifesté à Prétoria, la capitale sud-africaine, pour réclamer des hausses de salaires. Les organisations syndicales sud-africaines ont toujours montré leur capacité de mobilisation à travers les différentes grèves. Le syndicat majoritaire chez les enseignants SADTU/ Cosatu, vient de le prouver en mobilisant la quasi-totalité des enseignants. On se rappelle la grève de trois semaines qu’a connue l’Afrique du Sud en 2007. Situation qui a failli amener les autorités sud-africaines à évacuer les malades des hôpitaux vers des cliniques privées. Au total, l’Afrique du Sud post-Mondial n’est pas de tout repos pour le gouvernement sud-africain. Les revendications sociales sont de nouveau sur le tapis et il faut leur trouver des solutions durables. Le pouvoir de Jacob Zuma a marqué sa volonté de trouver un accord rapide avec les grévistes. Il a intérêt à vite et bien gérer cette grève qui vient jeter une ombre sur la belle image que le pays a véhiculée durant le Mondial, pendant lequel le pays a brillé de mille feux.

Dabadi ZOUMBARA

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article