Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

Le Ministre rdcongolais Lititiyo porté disparu se retrouve au Rwanda en tant que Directeur

8 Octobre 2009 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Actualités


Source: Digitalcongo.net

Accumulation au gouvernement de postes sans titulaire tel celui de la Recherche scientifique pour démission non déclarée du ministre Lititiyo


Un remaniement du gouvernement semble aller de soi maintenant avec le constat d’accumulation de postes ministériels vidés de leurs titulaires comme c’est le cas qui fait jaser de la démission remarquée non déclarée du ministre de la Recherche scientifique Lititiyo

Dans la haute ville, tout le monde en parle. Porté disparu depuis deux mois, le ministre de la Recherche Scientifique vient d’être re­trouvé à Gisenyi, au Rwanda où il exerce les fonctions de directeur chargé du programme d’investisse­ment de la Communauté économique des Pays des Grands Lacs. Tout au long de ces deux mois, un mu­tisme bizarre a été observé tant au niveau du ministère de la Recherche Scientifique que de la Primature. Tout s’est passé comme si de rien  n’était.

C’est à l’issue de la session ordinaire du Conseil Scientifique National qui s’est achevée vendredi que son absence a été fortement remarquée d’autant que c’est d’habitu­de le ministre qui préside of­ficiellement les cérémonies d’ouverture et de clôture de cette manifestation qui se tient une fois l’an.

Toujours dans la haute ville, les débats font rage sur cette disparition inexpliquée d’un ministre en fonction que l’on a fini par retrouver par hasard dans un pays voisin pour aller occuper un poste de direc­teur dans une organisation sous-régionale, sans avoir au préalable remis sa dé­mission au Premier ministre et cela pendant deux mois.

Selon les mêmes sources, Joseph LITITIYO a été dési­gné à ces fonctions au len­demain de la visite officielle du Président Paul KAGAME à Goma marquant ainsi la re­prise officielle des relations diplomatiques entre Kins­hasa et Kigali. De crainte de voir la décision remise en cause au profit d’un autre, il s’est gardé d’en faire large diffusion pour ne pas réveiller les chats méchants et il semble qu’il a traversé la frontière à pied, muni de quelques effets pour pren­dre d’abord ses fonctions, quitte à ce que la famille le suive après. Depuis lors, il n’a jamais remis les pieds à Kinshasa.

 


Mépris des règles d’éthique

Certes, il y a incom­patibilité entre les fonctions de ministre et celles d’un directeur d’une organisa­tion fût-elle sous régional. Cependant, la moindre des choses, dans le chef du ministre lui-même et bien entendu du gouvernement, aurait été de prévenir les agents et fonctionnaires de ce ministère ainsi que la nation, car il s’agit là d’un comportement violant les règles élémentaires d’éthi­que dans l’exercice de la fonction ministérielle. Pour autant, lorsqu’on observe toutes ces manœuvres visi­bles et invisibles auxquelles se livrent les acteurs politi­ques pour être nommé ministre, l’on a du mal à com­prendre ce départ précipité pour un poste de directeur dans une organisation sous régionale.

Que non! S’est exclamé un autre membre du gouvernement: il s’agit d’une question de garantie que ne peut offrir qu’un poste dans un organisme international où un mandat est souvent de cinq ans re­nouvelable alors qu’au Con­go, l’on a eu à connaître des gouvernements qui n’ont d’une que l’espace de trois mois ». On comprend alors pourquoi des ministres en­core en fonctions ont usé et abusé de leurs positions privilégiées pour glisser leurs noms dans les ordonnances présidentielles les nommant directeurs dans l’adminis­tration publique. C’est pour assurer leur avenir car l’on ne sait jamais, a avoué un ancien ministre aujourd’hui au chômage.

 


Remaniement en cours

Le gouvernement est amputé des trois membres importants. Il y a eu d’abord la nomination du professeur Adolphe LUMANU au poste de directeur de cabinet du chef de l’Etat suivi il y a qua­tre jours du décès inopiné du ministre de l’Economie et Commerce Extérieur et enfin cette démission non déclarée du ministre de la Recherche Scientifique.

Certes, d’autres membres du gouvernement vont as­sumer l’intérim mais à ce stade des débats ce qui étonne, c’est, que le respon­sable N°1 d’un ministère aussi stratégique qu’est ce­lui de la Recherche Scientifique dont l’importance n’est plus à démontrer dans un pays en plein chantier abandonne son poste au profit de celui d’un directeur à la CEPGL.

Demain, tou­jours dans cette quête de chercher à bénéficier d’un mandat de cinq ans renou­velable dans un organisme international afin de garantir et d’assurer son avenir, l’on risque d’apprendre que le Premier ministre lui-même a discrètement renoncé à ses fonctions pour concourir à celles du secrétaire général adjoint de l’Union Africaine.


(DN/TH/GW/Yes)

F.M./Le Phare



Last edited: 07/10/2009 14:09:49

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article