Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

Les FDLR dénoncent les massacres dans l'Est du Congo

10 Septembre 2009 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Actualités

Publié le : 09/09/2009
NAIROBI (AFP) - Les rebelles hutu rwandais accusent les forces gouvernementales rwandaises et congolaises d'avoir tué plus de 70 réfugiés rwandais dans l'est de la République démocratique du Congo (RD Congo) entre juillet et août 2009.
Dans un communiqué transmis à l'AFP mercredi, les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) "publient une liste non exhaustive" de ces réfugiés hutu "sauvagement assassinés par les militaires de la coalition de l?APR (armée rwandaise) et des FARDC (armée congolaise)" du 4 Juillet au 25 août dans la province du Nord-Kivu.

Les FDLR donnent l'identité de 33 d'entre eux, dont des femmes et des enfants, ainsi que les noms des localités concernées, dans les territoires de Masisi, Kalehe et Walikale.

Les FDLR s?indignent de ces "massacres" perpétrés, selon eux, avec "la complaisance et le silence complice" de la communauté internationale, en particulier de la Mission de l'ONU en RD Congo (MONUC).

La rébellion "demande qu?une enquête internationale indépendante soit diligentée afin d?en identifier les auteurs et les traduire en justice".

Quelque 4 à 6.000 combattants FDLR se trouvent dans les provinces congolaises du Nord et du Sud-Kivu, frontalières de la RD Congo. Certains ont participé au génocide de 1994 contre la minorité tutsi au Rwanda avant de s'installer dans l'est de la RDC, une des régions les plus instables du pays, où ils sont accusés de perpétrer de nombreuses violences contre les populations civiles congolaises.

Autrefois supplétifs des forces gouvernementales congolaises, les rebelles hutus rwandais sont aujourd'hui poursuivis par l'armée de Kinshasa et de Kigali, appuyée par les Casques bleus de l'ONU essentiellement pour la logistique.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article