Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

Une autoroute entre la Rdc et le Rwanda: les habitants sommés de "déguerpir"

28 Août 2009 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Ressources et environnement


Où se termine Goma et où commence Gisenyi ? C’est un vrai problème. Et dire que lorsque le Rwanda entretenait des troupes du Cndp qui campaient aux portes de Goma, les deux villes ne s’étaient pas déplacées d’un seul centimètre.

Comment cette population vivait-t-elle cette promiscuité dans la guerre ? En effet, rien ne sépare Goma, ville congolaise de Gisenyi, ville rwandaise. On dit que la population de deux villes, pour le petit déjeuner, achète du pain, du sucre ou du lait chez le voisin. On peut être chez soi à Goma et de sa fenêtre tendre un objet à un voisin qui la prend de sa fenêtre à Gisenyi. On est à Goma comme on est à Gisenyi. Cette situation ne gêne personne, peut-être, mais, on ne doit pas perdre de vue qu’on est bien en présence de deux pays différents et que la frontière doit être claire. Car, la fameuse ligne de démarcation n’est placée que sur la route de part et d’autre de laquelle les maisons de deux villes se mêlent. Les deux pays ont décidé de préciser les limites entre les deux villes. C’est paradoxal que cela intervienne au moment où les deux pays ont décidé de refaire leur coopération dans la cohabitation pacifique.

Le paradoxe tombe tout de suite lorsqu’on sait que le meilleur moment pour le faire, c’est justement maintenant afin de ne pas susciter des suspicions. Matérialiser les limites entre les deux est une impérieuse nécessité en dépit de toute la cohabitation entre les deux peuples. Autrefois, on aurait pensé à ériger un mur. Mais, la solution qui vient d’être trouvée est plus qu’un symbole. Les dirigeants de deux pays ont décidé de construire une autoroute de 12 mètres de large. Elle ira de part et d’autre des bornes frontières. Cela nécessitera des destructions tellement que la zone qui devrait séparer les deux pays a été envahie par des habitations aussi bien du côté rwandais que du côté congolais. L’opération d’indemnisation a même déjà commencé du côté rwandais. On attend que du côté congolais on en fasse autant parce que dans quelques jours, ce sera la fin du mois d’août, date buttoir pour les deux pays.

En ce qui concerne l’indemnisation, bientôt le dossier va faire jaser. Encore une fois on va prendre le modèle sur le Rwanda qui, lui, n’aurait pas attendu pour payer les indemnités de l’expropriation. Le problème, il faut le reconnaitre, c’est que les Rwandais qui ont construit sur la zone de démarcation ont tous obtenu des documents officiels pour le faire. Du côté congolais, ce sont des constructions à proprement parler anarchiques. Le gouvernement est-il en droit de payer aux personnes qui n’avaient aucun droit de propriété ? On apprend que l’option que semble prendre les autorités urbaines de Goma, c’est celui du déguerpissement.

Le maire de Goma aurait même déjà donné l’ordre à ces occupants anarchiques de quitter les lieux. C’est clair que du côté congolais, les occupants doivent faire leurs valises et s’en aller sans rien demander. Ce sera encore des déplacés sans domicile. Dans une contrée où on connait pire que cela, on serait étonné que l’autorité de la ville puisse s’en émouvoir outre mesure.

Joachim Diana G.

© Copyright L'Avenir Quotidien

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article