Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

Arrestation d'un journaliste pour couverture illégale des "Gacaca"

18 Août 2009 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Liberté de la presse

Couvrir un procès gacaca en tant que journaliste peut vous coûter 30 jours de prison! Même en prenant simplement des notes!

Kigali, Rwanda - 14/08/2009 - Le journaliste rwandais Amani Ntakandi du bimensuel "Rushyashya" paraissant à Kigali est aux arrêts depuis deux jours pour avoir couvert "illégalement" une séance des juridictions populaires "Gacaca" du secteur Mbazi (sud du Rwanda), a appris la PANA vendredi, auprès de la direction du journal.


 

"Les juges de la juridiction Gacaca de Mbazi ont condamné le journaliste Ntakandi à 30 jours d'emprisonnement pour s'être autorisé de prendre des notes en pleine séance du procès", a révélé à la PANA le directeur de publication de ce journal, Jean Glaubert Burasa.


 


"Le matériel du journaliste, dont une caméra digitale et le carnet de notes, a été immédiatement confisqué sur place", a-t-il indiqué sans fournir de détails sur le procès en question que le journaliste était en train de couvrir avant son arrestation.


 


Un officiel du Service national des juridictions Gacaca (SNJG) interrogé par la PANA a confirmé cette arrestation du journaliste, se refusant toutefois de fournir plus de détails sur cette affaire au moment où les enquêtes judiciaires se poursuivent.


 


"Il peut y avoir quelque chose qui se cache derrière cette affaire (...) car ce journaliste a été condamné conformément à la loi régissant les Gacaca. Il (le reporter) ne disposait pas de papier lui autorisant de prendre note en pleine séance du procès", a confié à la PANA cet officiel rwandais sous couvert de l'anonymat.


 


Les tribunaux "Gacaca" au Rwanda, au niveau desquels les suspects sont jugés par leurs pairs sans recours à des avocats, ont été mis sur pied pour juger des dizaines de milliers de présumés génocidaires qui croupissent dans les prisons surpeuplées du pays depuis le génocide de 1994 qui a fait 800.000 morts parmi les Tutsis et les Hutus modérés.


 


Pana

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article