Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

Réforme scolaire au Rwanda: du français à l'anglais, des enseignants bons à rien

7 Août 2009 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Actualités

Fuyant la réforme scolaire, des élèves quittent le pays

Depuis qu'ils doivent enseigner en anglais, les professeurs rwandais, sans matériel et sans formation, se sentent bons à rien. Consternés par le piètre niveau de formation, les parents qui le peuvent préfèrent inscrire leurs enfants dans des écoles ougandaises, congolaises ou burundaises.

De nombreux parents et élèves rwandais traversent actuellement la frontière vers l’Ouganda afin de se renseigner sur une école sérieuse et peu chère. Beaucoup comptent passer l’année 2010 sous la protection des enseignants ougandais. "D’après les inscriptions actuelles, un tiers de l’effectif de nos élèves pour l’année prochaine sera composé de Rwandais", témoigne un responsable de Kireka Hill School, dans la périphérie de Kampala, la capitale ougandaise. Cette école n’est pas la seule convoitée. D’autres internats ougandais, aussi bien des villes que des campagnes, s'apprêtent à accueillir en grand nombre des élèves rwandais.
En effet, aujourd’hui, les parents se ruent sur ces écoles à la recherche d’un enseignement en anglais de qualité. Depuis 2009, au Rwanda, l'enseignement a viré du français à l’anglais exclusivement, du primaire à l’université. Sitôt pensée, la réforme scolaire a été mise en application. Pour faciliter la tâche des maîtres, les cours ont été réduits se concentrant surtout sur l’anglais et les sciences, les cours dits principaux. Six mois après le lancement de cette réforme, du directeur aux élèves, en passant par les enseignants, chacun essaie de s’adapter. Sans matériaux didactiques adaptés, les professeurs se débrouillent pour enseigner un semblant d'anglais. "Les plus talentueux enseignent en anglais approximatif pendant que d’autres le font dans un mélange de bribes d'anglais, de français et de kinyarwanda, rendant incompréhensibles les matières pour les enfants", constate un pédagogue de Kigali.


Moins cher et de meilleure qualité

Pour un agent du ministère de l’Education, la priorité aujourd’hui est d’oublier le français dans le système éducatif rwandais. "Pour le moment, les enseignants incapables d’enseigner en anglais peuvent le faire en kinyarwanda en attendant qu’ils soient formés", révèle-t-il. Mais beaucoup de parents ne l’entendent pas de la même oreille. "Laisser son enfant étudier dans les écoles ordinaires du pays, ce serait dépenser sans résultat, car ce système n’apporte rien comme enseignement", se révolte un parent de Gasabo, Kigali. "Cette réforme de l’enseignement rwandais est du copié collé du système ougandais, alors que le pays n’a pas encore de moyens matériels ou humains pour dispenser un enseignement en anglais de qualité. C’est pourquoi les parents qui en ont des moyens préfèrent envoyer leurs enfants en Ouganda et ailleurs", explique-t-il.
Certains parents qui restent attachés au système francophone préfèrent eux les envoyer en RDC ou au Burundi. "Puisque notre fille aînée suit ses études en RDC, nous avons jugé bon d’y envoyer aussi son petit frère, car il serait difficile de gérer deux enfants en famille qui ne parlent pas les mêmes langues", confie M.G de Kigali. Seuls les enfants aux parents aisés peuvent avoir accès aux écoles privées, dont les enseignants sont bien outillés, mais qui coûtent excessivement cher pour un Rwandais moyen. Ils préfèrent avoir recours aux écoles étrangères pour gagner doublement : un enseignement de qualité et à moindre coût. Par exemple, à Sonrise, une école privée de Ruhengeri, Nord, un élève du primaire logé et nourri à l’école doit payer 150 000 Frw, près de 270 $, par trimestre. A Kireka Hill School à Kampala, en Ouganda, cela ne coûte que 20 000 shillings ougandais (160 $).

Trop nombreuses réformes

"Avec le lancement brutal de cette réforme, nombre d’enseignants se sentent coupables de ne rien donner aux enfants car on ne donne que ce qu’on a", regrette un enseignant de Kicukiro. "Il arrive que les élèves passent une semaine sans rien apprendre car les enseignants doivent prendre le temps d’apprendre quelques notions de ce qu’ils vont enseigner", note cet enseignant de 18 ans d’expérience dans l’enseignement. "Nous qui n’avons pas appris l’anglais pendant notre formation, il nous est difficile de l’apprendre au travail", estime-t-il.
Cependant le ministère de l’Education persiste et signe. "Tous les enseignants seront formés à l’anglais, ceux qui ne pourront pas s’adapter n'auront pas la permission de continuer à enseigner", avait annoncé, en février 2009, l’ancien secrétaire d’Etat à l’Education, Théoneste Mutsindashyaka, en promettant que les enseignants kenyans viendraient renforcer les nationaux dans le cadre de la coopération. Ainsi pour ne pas se faire blâmer, nombre de titulaires des cours se servent de tout ce qu’ils trouvent écrit en anglais. "Aujourd’hui on ne fait qu’occuper les enfants mais on ne leur apprend presque rien", témoigne une enseignante de Rwamagana, Est.
"Ce changement majeur dans l'enseignement au Rwanda s’inscrit dans d’autres séries de réformes scolaires dont nombreuses ont eu des effets pervers", estime-t-elle. En 1979, le kinyarwanda, langue maternelle, avait été adopté comme langue d'enseignement et l'on a étendu l’école primaire sur 8 ans. Après le génocide et le retour des Rwandais de différents pays où ils s'étaient réfugiés, le bilinguisme a été instauré dans l’enseignement supérieur, pour faciliter le travail aux étudiants qui avaient évolué surtout en anglais. Du coup aujourd'hui les lauréats des écoles ne savent bien ni le français ni l'anglais...
D'après le recensement général de la population et de l'habitat de 2002, seuls 3% des Rwandais maîtrisent le français, qui n'a plus été appris par tous tant que l'enseignement se faisait en kinyarwanda et qui est considéré comme la langue de la colonisation et par conséquent, par le gouvernement, comme celle du génocide et 2% l'anglais, parlée par les actuels dirigeants et considérée comme une langue de la civilisation moderne.

Source: Syfia Grands Lacs

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article