Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

Le PAM distributeur de vivres compromet le développement agricole au Kivu

1 Août 2009 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Ressources et environnement

En hommage à mon ami Nicaise Kibel'Bel Oka lauréat du "Free Press Africa Award", je publie certains des articles du n°205 de son journal "Les Coulisses" du 20 juillet au 15 août 2009


Avec un PAM distributeur des vivres

La relance de l’agriculture nationale totalement compromise. Vive la guerre

Beni, Butembo, Bunia, Bukavu … partout où sont installés le personnel et casques bleus des Nations unies, on observe un phénomène récurrent et humiliant : de petits commissionnaires congolais vendent des vivres destinés au personnel des Nations unies à des Congolais. Pain, eau pure minéralisée, fromage, biscuits protéinés, beure et margarine, fruits, œufs, poulets surgelés … tout est vendu et le bénéfice reversé au personnel de la Monuc. Une activité commerciale très rentable. Et comme toujours en informel. Paradoxal, ces mêmes produits vivriers, on peut les trouver chez les nationaux. Naturels mais à un prix exorbitant.

Dans le Kivu montagneux, les terres sont hautement agricoles (et donc fertiles). On peut y planter et récolter saisonnièrement bananes, oignons, légumes, riz, faitue, arachides, pommes de terre, betteraves, tomates, haricot, maïs … Sur l’axe Beni – Kanyabayonga par exemple, le voyageur peut admirer et goûter au frais et au naturel des fruits comme des ananas, le maracuja (fruit de la passion), des raisins, des fraises curieusement dans les restaurants et hôtels de ces contrées, on sert honteusement de la limonade et de coca. Souvent importés de l’Ouganda.

Dans les mêmes contrées du Kivu gâtées par la généreuse nature, des fermes longent les routes au point que Masisi a été surnommé la « Suisse du Zaïre ». On y élève moutons, caprins, lapins et cobayes, canards, poules, vaches. Et ces vaches donnent du lait (maziwa) plus nourrissant et des fromages avec leurs dérivés (saucisson de Paris, Pili, boudins, …) Paradoxalement, certains commerçants véreux importent du lait impropre à la consommation depuis la Chine. Le personnel de la Monuc déverse quantité de vivres qu’il ne peut consommer cassant pour ainsi le marché local. Mentalité de mendiants inculquée à des populations jadis dynamiques et qui, non seulement s’auto suffisaient mais aussi nourrissaient le reste du pays par leurs mains. Et la guerre, avec tous ses prétextes visibles et invisibles, connus et inconnus, réels et imaginaires, continue son chemin. Elle profite à tous.

Et pourtant !

Pourtant on crie partout que la réponse à la crise financière internationale reste l’agriculture. Pour l’Afrique. Pour la RD Congo qui connait une guerre qui se pérennise. Interrogeant l’Ambassadeur de France en RDCongo lors de son passage à Beni sur l’option du Programme  Alimentaire Mondial  (PAM) à ne considérer que le volet distribution des vivres à des paysans essentiellement agricoles au lieu d’adjoindre aussi le volet distribution de semences, ce dernier a souhaité que «  de plus en plus ; l’achat de l’aide alimentaire soit fait dans les provinces bénéficiaires notamment dans le Kivu pour les populations déplacées et réfugiées du Kivu ». Et de renchérir « que le concours que nous apportons soit le concours d’appui aux producteurs, soit pour organiser tel marché rural, soit une coopérative semencière. Soit pour apporter l’équipement agricole. Le concours doit servir de relance de l’agriculture nationale, plus précisément provinciale ».

Dans le même registre, l’Ambassadeur de l’Italie en RDC annonçait à la seconde près le dumping agricole : « Mon gouvernement vient d’allouer une aider alimentaire de deux millions d’euros, soit 700 tonnes de viande agricole en boîte. Viande cuite prête pour la consommation pour inciter la production agricole et appuyer la coopération agricole ». In Les Coulisses n°204 du 20 mars 2009 pp. 8-17 Voilà la situation dans laquelle vivent personnellement de nombreux déplacés dans le Kivu où il y a plus d’une centaine d’ONG locale, nationale et internationale qui vivent de la guerre et qui ont pris les populations  en otage. Avec la complicité de leaders ethniques.

Ces petites références montrent que la politique de Dumping agricole pratiquée par les Etats occidentaux est à la base de la sous alimentation en Afrique, singulièrement au Congo. La conséquence de ladite politique est que sur n’importe quel marché africain, comme l’écrit Jean Ziegler (La Haine de l’Occident), le consommateur peut acheter des chinchards (mpiodi) en lieu et place des tilapia, des poulets, des croupions de dindon, fruits et légumes français, italiens, portugais pour la moitié ou le tiers de prix des produits autochtones correspondants. Le dumping occidental détruit l’agriculture vivrière dans le Kivu, au Congo et en Afrique.

Eradiquer la pauvreté et la faim par l’agriculture. Le retour en force de l’agriculture, seul remède efficace contre la crise financière internationale. Slogan ou réalité ? C’est dans l’agriculture désormais qu’il faut investir. La houe, la pelle, le travail à la force de bras du lever au coucher du soleil, dans la précarité ne saurait répondre à la crise financière internationale.

Il semble que tous, nous devrions apprendre à conduire des tracteurs, à manier la machine agricole, à conduire la charrue. Car, comme l’écrit Béchir Ben Yahmed (Jeune Afrique n°2514 p.4), l’argent pour les 20 prochaines années se trouve dans les fermes. Et les fermes au Kivu, on n’en manque pas. Dans l’entre-temps, les populations de la RDCongo ont trouvé un palliatif au Programme Alimentaire Mondiale (PAM) qui s’appelle en homophonie Programme Alimentaire Minimum (PAM) où l’on peut manger à tour de rôle dans une même famille.


Nicaise Kibel’Bel Oka

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article