Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

« Kigali lance une nouvelle offre d’opérations conjointes à Kinshasa. » Pour quoi faire ?

30 Juillet 2009 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Histoire - politique

Analyse de JP Mbelu
Les compatriotes qui suivent au quotidien les nouvelles de notre pays ont appris, ce mercredi 29 juillet 2009, sur les ondes de la radio dont le signal est coupé sur toute l’étendue de notre territoire, la RFI, qu’ « à l’occasion d’une conférence de presse tenue au début de la semaine, le président Kagamé s’est dit prêt à recommencer des opérations militaires conjointes avec l’armée congolaise contre les FDLR, les rebelles hutus rwandais que le numéro un de Kigali qualifie de génocidaires ». Pour certains compatriotes, cette information n’était pas une nouvelle. Pourquoi ? Parce que, depuis Umoja wetu et même avant, depuis la guerre de l’AFDL appuyée par « les tueurs tutsi », une bonne partie de l’armée du Rwanda n’a jamais quitté le pays. Pour d’autres, ces opérations militaires conjointes ne se justifieraient pas dans la mesure où selon le chef d’Etat Major Général des FARDC, Didier Etumba, les opérations militaires conjointes entre l’armée congolaise et la Monuc se déroulaient bien. Le bilan est positif. (Lire l’article Bukavu : Didier Etumba dresse un bilan positif des opérations Kimia II devant les députés provinciaux sur www.radiookapi.net) Pour d’autres compatriotes encore, les inquiétudes de Byemba Songa, député provincial de Bukavu risquent de se révéler fondées. Les FARDC (essentiellement tutsi) auraient abattu un travail pouvant permettre à Kagamé de poursuivre son œuvre d’extermination de nos populations de l’Est en chassant les vrais/faux FDLR vers l’intérieur du pays. Voilà ce que disait ce député : « Nous, on n’a pas compris, nous la population. On devait mettre nos troupes à Kindu, à Wamaza, à Kalole, à Fizi et qu’elles commencent à remonter vers la frontière du Rwanda, que ces FDLR soient coincés entre la frontière et notre pays et ils seront obligés de rentrer chez eux. Mais commencer par la frontière et les ramener à l’intérieur ? Mais ils sont allés en profondeur (…) ». Il y a là comme une division du travail faite aux dépens de nos populations.
 
Kagamé recommencerait les opérations conjointes pour quoi faire ? C’est peut-être de la bouche du Ministre de la Communication et des Médias qu’il faut attendre la réponse. Tenez. Avant que Lambert Mende ne puisse renvoyer dos à dos (dans Le Potentiel de ce mercredi 29 juillet 2009) tous les derniers rapports des ONGs internationales, il s’est confié au journal Le Potentiel. En effet, dans sa livraison de ce jeudi (2 3 juillet 2009), le journal Le Potentiel livrait la réaction de Lambert Mende Omalanga, Ministre de la Communication et des Médias sur « un certain nombre de sujets d’importance nationale » dont le rapport de Global Witness. Que disait Lambert Mende ? Ceci : « Pour nous gouvernement, le rapport Global Witness part sur des prémisses qui sont vraies. Car nous avons toujours dit que la guerre congolaise est économique… Ce rapport vient confirmer toutes les analyses que le gouvernement ne cesse de faire du fait que les motivations de cette guerre sont celles de prédation ». (Mais que le même Ministre puisse, quelques jours après, mettre ce rapport et tous les autres dans le sac du complot pour la balkanisation du Congo, cela semble confirmer la versatilité qui le caractérise. Il passe du mobutisme à l’opposition de pacotille. De la guerre contre l’AFDL au service du PPRD. D’un bon parleur de l’opposition ami chéri de la RFI à la coupure du signal de la même radio, etc. Oh ! Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas ! Soit !)
 
Mais là où certains compatriotes perdent un peu de leur latin et/ou de leur lingala, c’est quand, malgré toutes ces analyses du gouvernement confirmées par le rapport de Global Witness et ceux de l’ONU (et de la Commission Lutundula un peu plus tôt), le même gouvernement a pu s’engager, sans en avertir le Parlement, sous l’instigation de Joseph Kabila, dans une opération militaire conjointe avec le Rwanda au mois de janvier. Et pourtant, le même Joseph Kabila disait ceci en décembre 2004, dans une déclaration publique : « Depuis quelques jours, les forces armées du Rwanda ont violé notre territoire en traversant la frontière commune par plusieurs entrées, dans la province du Nord-Kivu. Pour justifier leur aventure criminelle les responsables rwandais avancent le prétexte de la chasse aux groupes armées rwandais sur le territoire de la République Démocratique du Congo. Chers compatriotes, je voudrais vous rappeler que ce problème des groupes armés, qui n’a pas été créé par le peuple congolais, a servi de prétexte à la guerre que le Rwanda a menée contre notre pays depuis 1998 et qui a contribué à déstabiliser dangereusement la région des Grands Lacs ». C. ONANA, Ces tueurs tutsi. Au cœur de la tragédie congolaise, Paris, Duboiris, 2009, p. 162. Nous soulignons)
 
Ce rappel permanent du discours de Joseph Kabila et des propos de son Ministre ne relève pas de l’anti-kabilisme primaire. Il s’inscrit dans une lutte permanente contre l’amnésie dont souffrent plusieurs de nos compatriotes et prépare le jour où nos populations auront à demander des comptes à ce beau monde qui joue sur leur capacité d’oublier rapidement pour excuser son incohérence.
 
Pour tout prendre, si Kagame qui est toujours déjà présent au Congo par « ses légats » du RCD, du CNDP et du PPRD y revient officiellement, ce sera dans le but de poursuivre son « aventure criminelle » et de renflouer les caisses de son pays. Lambert Mende et Joseph Kabila l’ont dit et soutenu. Attendons voir ce qu’ils pourront encore nous servir comme discours si Kagamé s’exécutait officiellement….De toutes les façons, plusieurs de nos compatriotes ne sont plus dupes. Il y en a même qui préparent des actions en justice contre ce beau monde…
 
J.-P. Mbelu
©Beni-Lubero Online
 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article