Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Editions Sources du Nil  : Livres sur le Rwanda, Burundi, RDCongo

Le Corps de la femme Congolaise: Du champ de bataille à la marchandise de l'État

29 Juillet 2009 , Rédigé par Editions Sources du Nil Publié dans #Justice et Droits de l'homme


Au Président de la République Démocratique du Congo, Son Excellence Monsieur Joseph K. Kabila, Au Premier Ministre du Gouvernement congolais, Son Excellence Monsieur Adolphe Mozito, Au Président de l’Assemblée Nationale, l’Honorable Monsieur Évariste Bushabu, Au Président du Sénat, l’Honorable Monsieur Léon Kengo wa Ndondo, À la ministre du Genre, Famille et Enfant, l'honorable Madame Marie-Ange Lukiana...... Monsieur le ministre de la Justice, l'Honorable Monsieur le Ministère de l’Intérieur, Décentralisation et Sécurité, l'honorable Monsieur Au ministre de la défense nationale, l'honorable MUANDO Nsimba. Aux Honorables Sénateurs et Députés, Aux Excellences membres du Gouvernement, Excellence Monsieur le Président de la République, Honorables Sénateurs et Députés, Madame et Messieurs les Ministres,

Ceci n’est pas un trac ou un ramassis d’injures, mais plutôt un cri de détresse, un appel à ce qui vous reste, je sais que vous en avez encore, de patriotisme et de sens du devoir. En effet, pendant que nous n’avons pas encore essuyé nos larmes suites aux innombrables et quotidiens cas de viols avec violence et d’inimaginables mutilations perpétrés contre les filles et les femmes congolaises, tout âge confondu, par les envahisseurs ougando-burundo-rwandais, par les militaires et policiers gouvernementaux et aussi par certaines autorités politico- administratives congolaises; et cela, dans l’impunité la plus totale. Comme si cela ne suffisait pas, aujourd’hui la traite de la femme congolaise, encore elle, à nos frontières, vous laisse indifférents. Serait-ce seul le pouvoir qui vous intéresse? En clair, les militaires et les policiers congolais, enlèvent et vendent les filles et les femmes Congolaises à leurs semblables Angolais et Rwandais. Ils disent qu’ils les ont fait marier…! Et l’argent sale est considérée comme étant une dote. « Il n’y a pas de mauvaises troupes, il n’y a que de Chefs incompétents et inconscients ... » Excellence Monsieur le Président de la République, Honorables Sénateurs et Députés, Madame et Messieurs les Ministres, Ignorez-vous que vos militaires et policiers, enlèvent les filles et les femmes Congolaises pour les revendre, comme des esclaves sexuelles, à leurs semblables Angolais et Rwandais? Tout ceci se passe sans consentement ni de la fille ou de la femme ni même des parents. Vous avez adopté la politique des trois singes dont le premier a les mains sur ses deux yeux (il ne voit pas et il n’a rien vu), le second se bouche ses oreilles avec ses deux mains (il n’entend pas et il n’a rien entendu) et le troisième a posé ses deux mains sur sa bouche, comme pour dire qu’il est muet et qu’il ne peut donc rien dénoncer. Seriez-vous tous devenus comme ces « Trois Singes », c’est-à-dire: aveugles, sourds et muets face au drame, que dis-je, au calvaire de la Femme Congolaise ? Cette situation perdure depuis des mois, mais à la frontalière de Kikuangu Mbemba dans le territoire de Tshela, à 255 Km du chef-lieu de la province (Matadi), la situation semble être plus grave qu’ailleurs. La femme congolaise est devenue la marchandise de l'État au profit des agents de l'État qui sont les militaires et les policiers qui sont d'ailleurs mal payé. Toujours dans la province du Bas-Congo, le service de l’État-civil de Tshela, rapporte l’enlèvement, pour être vendues ailleurs, de 112 filles de 12 à 16 ans, ainsi que de 48 femmes mariées. Votre inertie face à ce fléau dépasse mon entendement et me révolte. À moins que cela fasse partie du projet de société de votre famille politique. Depuis 1996 à ce jour, vous avez transformé les corps des filles et des femmes congolaises en champs de bataille. Douze ans après, vous avez changé de stratégies en faisant de ces mêmes corps, la marchandise de l’état congolais vendable à prix modique pour un double objectif : dépeupler le Congo au profit de je ne sais qui, et distraire la population. Excellence Monsieur le Président de la République, Honorables Sénateurs et Députés, Madame et Messieurs les Ministres, J’aurai apprécié que l’un de vos CINQ CHANTIERS soit celui de la PROTECTION DE LA FEMME CONGOLAISE qui a tant souffert depuis Douze (12) ans. Malheureusement, en place et lieu votre gouvernement à choisit le SIXIÈME CHANTIER celui de la DÉSHUMANISATION DE LA FEMME CONGOLAISE. Ce sixième chantier mobilise toute votre attention, toutes vos énergies et toutes les ressources du pays. Surtout ne venez pas dire plus tard que vous n’étiez pas au courant car, si les médias locaux, pour des raisons évidentes, n’en parlent pas. Mais moi, en ma qualité de défenseur des droits de la femme, je dénonce et j’accuse publiquement, après avoir mené mes propres investigations lors de mes visites dans les coins concernés depuis le mois de décembre 2008 jusqu’à ce jour. Avant qu’il ne soit trop tard, je vous demande de prendre des dispositions adéquates pour non seulement arrêter cette situation, mais également pour réparer les préjudices causés à toutes ces femmes congolaises. Je vous annonce que je lance une campagne mondiale de collecte des signatures pour faire cesser toutes ces atrocités.

Isidore Kashiba,
Défenseur des Droits des Femmes.
http://www.consultantkashiba.org/petition.html

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article